Des excursions en mode hérisson organisées à Monthey, Sion et Martigny

vs, ats

14.10.2021 - 16:07

vs, ats

14.10.2021 - 16:07

Explorer des quartiers résidentiels avec les yeux d'un hérisson: c'est ce que propose le canton du Valais. Trois excursions sont organisées durant le mois d'octobre à Monthey, Sion et Martigny.

Le hérisson est au coeur de trois journées d'information pour le grand public en Valais.
ATS

L'objectif de ces excursions guidées et gratuites est «de sensibiliser la population aux structures favorables aux hérissons et pouvant facilement être mises en place», indique l'Etat du Valais jeudi dans un communiqué. Les participants apprendront à identifier les obstacles qui peuvent freiner les hérissons, à distinguer les zones de refuges et les sources de nourriture ainsi que l'importance des petites zones de jachère dans les jardins et autres espaces verts.

Après une première excursion à Brig-Glis, Monthey recevra les personnes intéressées le 16 octobre à 14h00 au parc du Crochetan, Sion le 23 octobre à 09h00 à la place du Scex et le même jour, Martigny proposera une excursion à 14h00 au pont de la Bâtiaz. Une inscription est nécessaire auprès de valais@nosvoisinssauvages.ch.

Parallèlement, le Service des forêts, des cours d’eau et du paysage (SFCEP) mène des actions auprès d'écoliers durant le mois d'octobre dans les quatre localités concernées par le projet. Ils ont construit des tas de bois favorables à ce mammifère et des informations installées à proximité renseignent les passants sur l'utilité de ces aménagements.

Tunnels à traces

Le SFCEP mène le projet de recensement et de sensibilisation aux hérissons depuis 2020. Entre juin et octobre de cette année-là, plusieurs centaines de tunnels à traces ont été placés par des bénévoles dans des parcs et des jardins privés des villes de Brigue, Sion, Martigny et Monthey, dans les communes d'Ernen et de Grengiols dans le parc naturel de la vallée de Binn et dans certains jardins des communes du parc naturel de Finges.

Il s'agit de petits tubes munis d'un appât alimentaire, de feuilles de papier et d'encre qui retiennent les empreintes des pattes des hérissons qui les traversent. Des hérissons ont été détectés dans tous les endroits étudiés. Impossible toutefois de dire combien d'individus ont laissé leurs traces, car il faudrait pour cela des études génétiques.

Densité hétérogène

Les résultats montrent toutefois que la densité de hérissons, dont la protection incombe aux cantons, peut varier fortement au sein des zones et qu'elle n'est donc pas homogène. Cela semble indiquer la présence de sous-populations isolées, qui ne peuvent pas communiquer. De ce fait, elles sont plus fragiles, plus exposées à la consanguinité, à une éventuelle épidémie et à un risque d'extinction locale.

Les raisons de ces variations de répartition des populations de hérissons sont analysées plus en détail dans le cadre de la campagne «Action Hérisson 2021». On suspecte l'utilisation des insecticides dans l'agriculture et les espaces verts des villes, les filets de vigne mal tendus, les murets, les points d'eau ou encore le développement du réseau routier de jouer un rôle important dans les écarts constatés et plus généralement dans le fort recul de cet insectivore en Valais comme ailleurs en Suisse

vs, ats