Fribourg

Crue artificielle pour préparer l’avenir de la Sarine

lp, ats

27.5.2022 - 16:47

L'opération vise à fournir des données scientifiques pour analyser les effets des crues sur la faune et la flore, ici le barrage de Rossens (FR) lors de la démarche similaire mais de plus grande envergure en 2020 (archives).
ATS

Le Groupe E procèdera mardi à une crue artificielle dans la Sarine, entre le barrage de Rossens et le lac de Schiffenen. La population est appelée à ne pas se rendre sur les berges de la rivière durant la crue, avertit l'entreprise énergétique fribourgeoise.

lp, ats

27.5.2022 - 16:47

La démarche vise à fournir des données scientifiques afin d’analyser les effets des crues sur la faune et la flore, a fait savoir vendredi le Groupe E. Elle est organisée avec les services concernés de l’Etat de Fribourg, précise le communiqué de la société active principalement dans les cantons de Fribourg et Neuchâtel.

L’opération est toutefois de moindre ampleur par rapport au lâcher d’eau effectué sur le même tronçon en 2016 et 2020, précise le groupe. Dans le détail, le lâcher d’eau débutera mardi en tout début de matinée, avec l’ouverture d’une vanne du barrage de Rossens et se terminera en fin de journée.

Montée progressive

La montée des eaux surviendra progressivement pour atteindre son volume maximum aux alentours de 8h00. Le débit atteindra alors 75 mètres cubes par seconde, soit 20 fois plus que le débit de dotation habituel. Il sera ensuite réduit par paliers pour revenir à la normale aux alentours de 17h00.

Le volume d’eau utilisé est de plus d’un million de mètres cubes et correspond à 240 MWh d’électricité, soit l’équivalent de la consommation annuelle d’une cinquantaine de ménages. La crue artificielle s’inscrit dans le cadre des études des mesures d’assainissement du charriage entre Rossens et Hauterive.

C’est dans ce contexte que le Groupe E est mandaté pour réaliser des études, afin de déterminer les déficits et de définir les objectifs pour l’assainissement du charriage à l’aval du barrage de Rossens. Il s’agit de vérifier l’efficacité de différents volumes et débits de crue, tout en intégrant une utilisation rationnelle de l’eau.

lp, ats