La justice refuse l'anonymat à un plaignant lors du procès contre Kevin Spacey

Covermedia

4.5.2021 - 09:53

Covermedia

4.5.2021 - 09:53

L'un des accusateurs de Kevin Spacey, connu sous les initiales de C.D., refuse de donner sa véritable identité lors de son action en justice contre la star d'American Pie. Un choix qui met en péril la procédure, puisqu'un juge a décidé qu'il n'y aurait pas de procès s'il restait anonyme, comme le révèle Variety.

Un juge de New York a décidé que le procès pour agression sexuelle intenté contre Kevin Spacey ne pourrait pas se tenir si le plaignant choisissait de rester anonyme. En septembre dernier, un homme identifié dans les documents juridiques sous les initiales « C.D. » s'est associé à l'acteur Anthony Rapp pour poursuivre Kevin Spacey en justice. Les deux plaignants accusent l'acteur de House of Cards d'avoir abusé d'eux alors qu'ils n'avaient que 14 ans.

Mais ce lundi (4 mai 21), le juge Lewis A. Kaplan a refusé d'autoriser la poursuite de l'affaire si « C.D. » ne se présente pas sous son nom complet, rapporte Deadline. Le plaignant, aujourd'hui âgé d'une cinquantaine d'années, a déjà indiqué qu'il se retirerait de l'action en justice s'il était contraint de dévoiler publiquement son identité, ses avocats affirmant que cela déclencherait son syndrome de stress post-traumatique. Le juge n'est pas d'accord, notant que l'homme a déjà partagé sa version de l'histoire avec un certain nombre de médias, notamment dans un article pour Vulture en 2017, au plus fort du mouvement #MeToo.

« Les preuves suggèrent que C.D. a sciemment et à plusieurs reprises pris le risque que l'une de ces personnes, à un moment ou à un autre, révèle sa véritable identité d'une manière qui porterait cette identité à l'attention du grand public, en particulier compte tenu de la célébrité de Spacey », a écrit le juge Kaplan.

Il a également insisté sur le fait que protéger l'identité du plaignant pourrait nuire à la capacité de Kevin Spacey à se défendre : « C.D. a activement poursuivi ce procès – y compris en recrutant son co-plaignant. Il demande 40 millions de dollars de dommages et intérêts. Il porte des accusations sérieuses et, par conséquent, a mis en cause sa crédibilité ».

Dans sa plainte, C.D. affirme que Kevin Spacey a profité de lui alors qu'il était adolescent à plusieurs reprises au début des années 1980 et qu'il a essayé d'avoir des relations sexuelles anales avec lui lors de leur dernière rencontre, alors que l'homme a résisté et dit « non » à plusieurs reprises, rapporte Variety.

C.D. porte plainte contre Kevin Spacey pour coups et blessures et pour avoir infligé une détresse émotionnelle.