Actu people

Beyoncé demande la fin de la brutalité policière au Nigeria et soutient les manifestants

CoverMedia

21.10.2020 - 16:58

DisneyâÄôs âÄúThe Lion KingâÄù World Premiere held at Dolby Theatre in Hollywood, California. Featuring: Beyonce Where: Los Angeles, California, United States When: 10 Jul 2019 Credit: Adriana M. Barraza/WENN.com Featuring: Beyonce Where: Los Angeles, California, United States When: 10 Jul 2019 Credit: Adriana M. Barraza/WENN.com
Source: Adriana M. Barraza/WENN.com

Beyoncé appelle à mettre fins aux violences au Nigeria. La star a posté un appel au calme sur son compte Instagram après avoir été informée des dernières développements dans le pays d'Afrique de l'Ouest, en proie à de violents affrontements entre la population et la police.

Beyoncé a lancé un appel pour mettre fin à la « brutalité insensée » au Nigeria, au milieu des manifestations organisées pour demander le démantèlement de la Brigade spéciale de répression des vols (SARS), une unité de police accusée d'extorsions, de torture, de meurtre et de divers rackets.

Dans un post sur Instagram mardi soir (20 oct. 20), la star de 39 ans a admis qu'elle avait « le cœur brisé de voir la brutalité insensée qui se déroule au Nigeria. Il faut mettre un terme au SARS. » « Nous avons travaillé sur des partenariats avec des organisations de jeunes pour soutenir ceux qui manifestent pour le changement. Nous collaborons avec des coalitions pour fournir des soins d'urgence, de la nourriture et des abris. À nos sœurs et frères nigérians, nous sommes à vos côtés », a-t-elle ajouté.

Ces dernières semaines, des manifestants sont descendus dans la rue quotidiennement pour protester contre les brutalités policières à Lagos. Beyoncé n'est pas la seule à apporter son soutien aux protestations. Des stars comme John Boyega, Chance the Rapper et Burna Boy, soutiennent également l'opposition.

Le président Muhammadu Buhari a dissous l'unité le 11 octobre, mais les manifestants ont appelé à davantage de changements dans les forces de sécurité ainsi qu'à des réformes dans la manière dont le pays est géré. Suite aux protestations, les autorités ont mis en place des couvre-feux au-delà de la ville de Lagos. Amnesty International, de son côté, a confirmé la mort de plusieurs manifestants suite aux répressions des forces de l'ordre.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia