Fanny Ardant : le genre n’est pas suffisant pour définir quelqu’un

CoverMedia

1.12.2017 - 13:07

(Cover) - FR French Stars - Fanny Ardant est entrée avec plaisir dans la peau de son nouveau personnage, Lola, une femme née dans le corps d’un homme, dans le nouveau long-métrage de Nadir Moknèche, Lola Pater. Pour incarner ce personnage transgenre, la comédienne ne s’est justement pas posé la question du féminin ou du masculin. « Quelles sont les qualités inhérentes à un homme, une femme ? Sur un passeport, on marque le sexe, la nationalité et le métier. Est-ce suffisant pour définir quelqu’un ? », confie-t-elle à Ouest-France.

Pour Fanny Ardant, son personnage est « quelqu’un qui est sorti d’un grand bouleversement ». Et c’est ce qui était important à ses yeux. « Lola a souffert d’être dans un corps d’homme. Ça a été une longue quête d’identité. Et elle a payé les conséquences d’une liberté de choix. La vie est à la merci d’un courant violent. (…) C’est un personnage vulnérable et, en même temps, qui n’a peur de rien », ajoute-t-elle.

Le cœur du film, pour Fanny Ardant, « c’est l’amour » et la victoire de « l’intelligence de la vie ». Elle se réjouit d’ailleurs que le film de Nadir Moknèche ouvre les esprits. « Il permet un avancée dans le regard de la société. (…) On l’a présenté à Istres et le public disait : ‘’Ah, ça change le regard’’. L’important n’est pas d’être hétéro, homo, trans, bourgeois, Français… C’est parce qu’on est touché par un itinéraire que votre regard s’élargit. On passe de l’intime à l’universel », explique-t-elle.

Lola Pater, de Nadir Moknèche avec Fanny Ardant, mais aussi Tewfik Jallab, sort sur les écrans aujourd’hui (9 août 17).

Cover Media

Retour à la page d'accueil

CoverMedia