Sa vision du monde

George Clooney: «Je crois en l'esprit américain»

Covermedia

3.12.2020

Source: Nils Jorgensen/Cover Images

George Clooney est convaincu que bien que les Etats-Unis fassent beaucoup parler d'eux pour de mauvaises raisons ces derniers temps, le pays rayonne toujours à travers le monde. Il a exprimé son patriotisme dans une interview pour People.

George Clooney refuse de croire que l'Amérique a perdu son aura, affirmant que les pays du monde entier considèrent toujours les États-Unis comme un guide et une source d'espoir. L'acteur oscarisé, qui passe maintenant une grande partie de son temps en Angleterre et en Italie, a déclaré qu'il avait suffisamment voyagé pour comprendre ce que le monde pensait des États-Unis, et que cela le rendait fier d'être Américain. «Je suis toujours optimiste pour ce pays, a déclaré la star d'Ocean's Eleven au magazine People dans sa page spéciale People of the Year. Nous échouons beaucoup, mais je suis allé dans tellement de pays qui sont vraiment des États en faillite, et ils se tournent vers ce pays pour trouver du leadership», a-t-il expliqué.

«Nous ne sommes pas à la hauteur sur certains sujets...»

Bien qu'il ait admis que les États-Unis avaient leurs défauts, il a suggéré que ce n'était pas une raison pour ne pas admirer son pays. «Nous ne sommes pas à la hauteur sur certains sujets, les problèmes raciaux sont notre grand péché originel et clairement celui dans lequel nous avons été les pires, mais nous essayons constamment de trouver une union plus parfaite. On ne peut pas abandonner. Je crois en l'esprit américain.»

George Clooney a également discuté de l'histoire de sa nation et de la manière dont elle l'a aidé à développer une conscience politique dès son plus jeune âge. «J'ai grandi dans une génération où toutes les personnes qui comptaient pour nous étaient assassinées, de Martin Luther King à Bobby et Jack Kennedy en passant par Malcolm X et Medgar Evers, et toutes ces choses qui comptaient se passaient, avec les droits des femmes, les droits civils , les anti-Vietnam» a-t-il fait remarquer.

Ces événements turbulents ont ainsi conduit à une conscience civique accrue, a-t-il affirmé. «Je me souviens que mon père disait: ''Ne reviens pas et ne me regarde pas dans les yeux à moins que tu n'aies résisté (aux brutes et aux racistes)''. Je suis heureux d'avoir été élevé de cette façon», a-t-il conclu.

Retour à la page d'accueil