Jason Momoa fait son mea culpa

CoverMedia

13.10.2017 - 13:25

Jason Momoa departing from Los Angeles International Airport in Los Angeles, California. Featuring: Jason Momoa Where: Los Angeles, California, United States When: 11 Jun 2017 Credit: WENN.com
Covermedia

(Cover) - FR Showbiz - Jason Momoa n’a pas envie de ressasser toute sa vie les blagues qu’il a pu faire, les bonnes, mais surtout les mauvaises. Avec le tumulte qui entoure Harvey Weinstein depuis une semaine, et la question de la place des femmes à Hollywood qu’il soulève, le comédien s’est retrouvé devant une vidéo enregistrée lors du Comic Con en 2011. Il venait parler de Game of Thrones – la série dans laquelle il incarnait le barbare Khal Drogo – et il s’était alors dit ravi de profiter de son rôle pour « violer des femmes magnifiques » à l’écran, en rigolant. « J’adore la science fiction et la fantasy. J’adore ces genres parce qu’on peut y faire plein de choses, genre, arracher la langue de quelqu’un et s’en tirer et violer des femmes magnifiques », indiquait-il alors.

Une mauvaise blague, donc, qui n’est pas bien passée aujourd’hui, alors qu’un fan a ressorti le clip en question, forçant Jason Momoa à présenter des excuses en toute humilité. « Je viens de me réveiller en Australie en découvrant les nombreuses réactions face une blague de mauvais goût que j’ai faite il y a des années, et je m’en excuse aujourd’hui, a-t-il écrit sur Instagram. Je ne suis pas très fier de moi, ni de l’insensibilité dont j’ai fait preuve ce jour-là. Je sais que mes excuses les plus sincères n’effaceront pas la douleur que j’ai pu provoquer. Le viol et le harcèlement sexuel nous touchent tous, et j’en ai déjà vu les conséquences chez des amis proches ou dans ma propre famille. Mon commentaire était de mauvais goût. Il est inacceptable et je m’en excuse très sincèrement, avec le cœur lourd. Toutes mes excuses, Jason. »

Le comédien avait aussi évoqué son personnage violeur dans le New York Post, à l’époque, mais dans des mots un peu plus conscients. « Ouais, je viole Emilia Clarke. Je l’aime, mais je la fais souffrir, et elle pleure. On aurait pu faire plus long, mais on comprend le principe. Je ne suis pas un violeur. Je préfère que mes compagnes prennent du bon temps », avait alors expliqué Jason Momoa.

Cover Media

Retour à la page d'accueil

CoverMedia