Les Pussy Riot accusent la Russie d'avoir empoisonné leur membre avec une «substance inconnue»

CoverMedia

27.9.2018 - 13:32

Source: Covermedia

Peter Verzilov, membre historique du groupe féministe Pussy Riot, avait été envoyé en Allemagne pour traiter les symptômes de ce que le groupe décrivait comme un empoisonnement. Dans un communiqué publié sur Twitter, le groupe affirme que la substance utilisée est impossible à identifier.

Peter Verzilov aurait été empoisonné avec une substance impossible à identifier. C'est en tout cas ce qu'affirme le groupe Pussy Riot, dont fait partie l'activiste russe. Ce dernier est tombé malade en début de mois (sept 18), juste après son passage dans un tribunal de Moscou avec sa partenaire Nika Nikulshina. Soigné dans un premier temps en Russie puis envoyé en Allemagne pour poursuivre son traitement, il est sorti aujourd'hui de l'hôpital.

« Les médecins allemands disent qu'ils n'ont jamais vu un cas comme celui de Peter. L'agent avec lequel il a été empoisonné est presque impossible à identifier et il a des effets tellement durables que la santé physique et mentale de Peter risque d'être affectée durablement, comme aucun poison connu ne pourrait le faire », peut-on lire dans un communiqué publié sur le compte Twitter du groupe.

Aujourd'hui sorti de l'hôpital, Pyotr « Peter » Verzilov serait sous protection policière permanente, car toujours d'après Pussy Riot, il serait suivi par des membres des services de sécurité russes. Il est d'ailleurs convaincu que ces mêmes services de sécurité sont à l'origine de son empoisonnement.

Nika Nikulshina et Pyotr Verzilov faisaient partie des quatre membres du groupe Pussy Riot à avoir été emprisonnés pendant 15 jours après avoir couru sur le terrain du match France-Croatie lors de la Coupe du Monde de Football, qui a eu lieu en Russie en juillet dernier. Les activistes russes multiplient les actions contre le président Vladimir Poutine depuis 2012, quand certains de ses membres ont fait parler d'eux pour la première fois en organisant une manifestation dans une église. A l'époque, Pyotr Verzilov était déjà le porte-parole du groupe de punk féministe.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia