Netflix coupe au montage une scène controversée de 13 Reasons Why

CoverMedia

16.7.2019 - 16:09

Celebrities attend Teen Choice Awards 2018 at The Forum. Featuring: Katherine Langford Where: Beverly Hills, California, United States When: 12 Aug 2018 Credit: Brian To/WENN.com
Source: Brian To/WENN.com

La première saison de 13 Reasons Why avait suscité une polémique autour de la représentation du suicide à l'écran. Deux ans après la diffusion de la série sur Netflix, le service a préféré couper la scène par laquelle le scandale est arrivé.

Netflix a fini par céder et a décidé de couper au montage une scène controversée de sa série 13 Reasons Why. Le programme raconte l'histoire d'Hannah Baker, une adolescente qui se suicide après une série d'incidents qui rendent sa vie impossible. Depuis le début de la diffusion de 13 Reasons Why sur le service de streaming, il y a deux ans, des utilisateurs de Netflix demandent que la séquence la plus choquante, où on voit la jeune fille se donner la mort, soit effacée.

C'est désormais chose faite. « Nous avons entendu par le biais de beaucoup de jeunes que 13 Reasons Why les avait encouragés à discuter de problèmes difficiles comme la dépression ou le suicide et se faire aider, parfois pour la première fois. Mais alors que nous nous apprêtons à lancer la saison 3 cet été, nous sommes conscients du débat autour de cette série. En suivant l'avis d'experts médicaux, y compris le docteur Christine Moutier, responsable médicale de l'American Foundation for Suicide Prevention, nous avons décidé avec le créateur Brian Yorkey et les producteurs de remonter la séquence où Hannah se donne la mort dans la saison 1 », peut-on lire dans un communiqué.

La scène n'apparaît désormais plus dans le programme et on ne voit que la réaction des parents de l'adolescente lorsqu'ils découvrent leur fille décédée. « Nous pensons que ce montage va permettre de faire le plus de bien possible au plus de gens possible tout en limitant les risques pour les jeunes spectateurs vulnérables », a expliqué Brian Yorkey.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia