«120 battements par minute»: de l’amour et… de la colère

AllTheContent

27.11.2020 - 10:56

Avec ses amis, Nathan va militer pour les droits des personnes séropositives.
© Memento Films Distribution

Ce lundi soir, France 3 diffuse «120 battements par minute», un film engagé qui raconte la lutte contre le sida dans les années 1990. Grand prix du Festival de Cannes en 2017 et César du meilleur film, ce long-métrage est une véritable claque.

Nous sommes au début des années 1990. En colère contre les politiques, bien souvent malades et se sachant presque condamnés, de jeunes militants de l’association Act Up veulent promouvoir la généralisation de l’usage du préservatif. Ils élèvent également leurs voix pour offrir plus de droits aux séropositifs.

Nathan va participer à sa première réunion de l’association et accepter de se porter volontaire, avec d’autres, pour mener une action spectaculaire contre un laboratoire pharmaceutique. Au fur et à mesure que le temps passe, le jeune homme se prend de plus en plus au jeu du militantisme. Il va faire la connaissance du virulent Sean. Ce dernier est malade du sida, mais Nathan va tomber amoureux de lui.

Avec «120 Battements par minute», Robin Campillo nous plonge dans l’histoire du mouvement associatif. Si le réalisateur parle de colère, il n’en oublie pas moins l’amour. Un film magnifique, largement salué par la critique au moment de sa sortie.

Retour à la page d'accueil

AllTheContent