Nouvelles restrictions pour les restaurants et les magasins

gd, ats

11.12.2020 - 14:01

Le Conseil fédéral a pris vendredi de nouvelles mesures restrictives pour lutter contre la pandémie de coronavirus. «On ne peut plus attendre», selon la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga. L'enveloppe pour les cas de rigueur est portée à 2,5 milliards

La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga: «On ne peut plus attendre, on a besoin de mesures supplémentaires drastiques pour faire baisser les chiffres».
ATS

Le nombre d'infections au coronavirus hausse de nouveau et fortement, tous les cantons sont concernés. «On ne peut plus attendre, on a besoin de mesures supplémentaires drastiques pour faire baisser les chiffres», a déclaré la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga vendredi lors d'un point presse.

Elle a déploré l'évolution qui s'était «malheureusement» déjà dessinée la semaine passée. Les hôpitaux et leurs personnels ont atteint leurs limites, a-t-elle souligné.

Le Conseil fédéral reprend la main, avec des mesures strictes et des aides financières. «Dans la situation actuelle, peu importe qui décide quoi, ce qui compte, c'est que les chiffres baissent», a relevé Simonetta Sommaruga. A la suite de la consultation des mesures annoncées mardi, certains cantons ont dit qu'elles allaient trop loin, d'autres pas assez, mais la majorité ont dit qu'il fallait agir.

La présidente de la Confédération a également souligné qu'un semi-confinement est à éviter pour des raisons économiques. Elle a appelé à la responsabilité de chacun. Le Conseil fédéral évaluera la situation dans les cantons la semaine prochaine.

Des mesures nationales moins fortes que prévu

Le gouvernement avait déjà annoncé mardi vouloir serrer la vis face à la stagnation à un très haut niveau, voire l'augmentation, des cas. Après consultation des cantons, il a donc mis un petit peu d'eau dans son vin.

Les restaurants et les bars devront fermer de 19h à 6h à partir de samedi. Magasins, marchés, musées, bibliothèques, centres de loisirs ou de sport devront se plier aux mêmes horaires. Les offres à l'emporter et de livraison pourront elles se poursuivre jusqu'à 23h.

Seuls les restaurants et les bars pourront rester ouverts les dimanches et jours fériés. Le 24 décembre et le jour de la Saint-Sylvestre, ils pourront même accueillir leurs clients jusqu'à une heure du matin.

Exceptions prévues

Des exceptions sont toutefois prévues pour les cantons les moins touchés. Les établissements pourront rester ouverts jusqu'à 23h. Plusieurs conditions doivent toutefois être réunies. Le taux de reproduction doit rester en dessous d'un pendant sept jours, et l'incidence journalière sur sept jours doit rester sous la moyenne suisse durant une semaine.

Par ailleurs, les cantons doivent disposer de capacités suffisantes dans les centres de traçage des contacts et dans les services de santé. Dernier point: le canton doit discuter d'une éventuelle extension des horaires d'ouverture avec ses voisins.

Messes et funérailles autorisées

Les manifestations seront interdites, à l'exception des offices religieux, des funérailles, des manifestations politiques et des assemblées législatives. Les activités sportives et culturelles seront restreintes à cinq personnes. Des exceptions sont toutefois prévues pour les enfants jusqu'à 16 ans, ainsi que les sportifs et les acteurs culturels professionnels.

Le gouvernement renonce en revanche à de nouvelles restrictions pour les rencontres privées. Elles sont limitées à dix personnes. Pas plus de deux ménages devraient de préférence se retrouver.

Les nouvelles mesures entreront en vigueur samedi. Elles seront limitées jusqu'au 22 janvier 2021.

Un mécanisme en cas d'aggravation de la situation en discussion

Le Conseil fédéral n'envisage pas forcément de prendre de nouvelles mesures restrictives la semaine prochaine. Pour l'instant, les discussions portent avant tout sur un mécanisme permettant de réagir rapidement en cas de détérioration ultérieure de la situation, a indiqué le ministre de la santé Alain Berset.

Les mesures prises aujourd’hui n’auront aucun effet sur les chiffres dans une semaine, a expliqué le conseiller fédéral. C'est pourquoi il est plutôt question de mettre sur pied un mécanisme permettant de prendre de nouvelles mesures si la situation devait se détériorer à l'avenir. Le projet n'est toutefois pas encore établi. Il devra aussi être présenté aux cantons, avant d'être adopté.

L'enveloppe pour les cas de rigueur portée à 2,5 milliards

Les entreprises particulièrement touchées par la crise du coronavirus devraient bénéficier d'une aide plus importante. Le Conseil fédéral a augmenté vendredi l'enveloppe à 2,5 milliards de francs, contre un milliard actuellement.

«Nous avons constaté que les fonds ne suffiront pas à faire face aux nouvelles mesures» de lutte contre la propagation du coronavirus, a déclaré le ministre des finances Ueli Maurer. Pour que la mise en oeuvre soit rapide, le gouvernement compte sur les mesures de lutte existantes contre les cas de rigueur que les cantons ont déjà prises ou qu’ils sont en train de mettre en place.

L'aide supplémentaire se composera de 750 millions de francs pris en charge conjointement par la Confédération (500 millions) et les cantons (250). Cette aide s'inscrit dans le concept actuel d'aide aux cas de rigueur telle qu'elle figure dans la loi Covid-19, a expliqué M. Maurer.

Conditions différentes

Si nécessaire, la Confédération doit pouvoir injecter 750 millions supplémentaires dans les mesures cantonales d’aide pour les cas de rigueur, sans participation financière de la part des cantons.

Il s'agit d'une sorte de «réserve», qui ne sera pas soumise aux mêmes conditions, a souligné le grand argentier. Ces fonds ne seront par exemple pas nécessairement liés à un recul de plus de 40% du chiffre d'affaires. La Confédération et les cantons devront définir des critères précis.

Le but est de permettre au Conseil fédéral d’apporter une aide ciblée aux cantons qui sont particulièrement touchés par les mesures de lutte contre le COVID-19. Il faut réduire les obstacles à la réception des fonds.

Aide aux acteurs culturels

Par ailleurs, le Conseil fédéral a décidé de verser des indemnités pour pertes financières non seulement aux entreprises culturelles, mais également aux acteurs du domaine culturel qui en auront fait la demande. L'enveloppe pour le secteur culturel se monte à 100 millions de francs.

Le gouvernement souhaite par ailleurs pouvoir assouplir, si nécessaire, les conditions d’éligibilité aux aides destinées aux cas de rigueur pour les entreprises qui, en raison des mesures prises par les autorités, doivent fermer plusieurs semaines ou restreindre fortement leur activité.

Il demande au Parlement une norme de délégation en ce sens, afin d'élargir sa marge de manoeuvre du Conseil fédéral face à l’évolution future de la pandémie. Ces mesures nécessitent de nouvelles modifications de la loi Covid 19, qui est actuellement débattue au Parlement. Le Conseil fédéral souhaite qu'elles soient débattues durant l'actuelle session d'hiver.

Retour à la page d'accueil

gd, ats