Airbus annonce la fin de l'A380

ATS

14.2.2019 - 09:30

Le constructeur européen de l'aviation Airbus a annoncé jeudi qu'il cesserait de produire son A380 en 2021. Il indique ne pas avoir un «carnet de commandes suffisamment étoffé pour continuer la production» du vaisseau amiral.

En toile de fond de cette annonce, la décision d'Emirates de réduire sa commande de trente-neuf A380. La compagnie du Golfe veut désormais quarante A330neo et trente A350, a annoncé Tom Enders dans un communiqué.

Cette décision est une aubaine pour l'avionneur américain Boeing et un coup dur pour Airbus. Celui-ci avait espéré que l'A380 ferait de l'ombre au 747 de Boeing et révolutionnerait le transport aérien.

Au lieu de cela, les compagnies aériennes se sont montrées prudentes avant de s'engager à acquérir cet avion coûteux et si énorme que les aéroports ont dû construire de nouvelles pistes et modifier les terminaux pour l'accueillir.

Ces avions à deux étages ont commencé à voler en 2008 et peuvent accueillir plus de 500 passagers.

La commande d'Emirates

Airbus ne communique pas le montant de cette commande. Mais dans un communiqué séparé, Emirates a indiqué que la valeur de cette commande est de 21,4 milliards de dollars au prix catalogue.

Elle précise qu'elle réceptionnera 14 A380 supplémentaires entre 2019 et 2020, ce qui portera le total de ses commandes de l'appareil à 123 exemplaires, contre 178 appareils commandés jusque-là en tenant compte de toutes les options, ce qui en fait la première compagnie client du "Super Jumbo", dont plus d'une centaine a déjà été livrée.

3'000 emplois en danger

L'avionneur indique qu'il «engagera des discussions avec ses partenaires sociaux dans les semaines à venir concernant les 3'000 à 3'500 postes susceptibles d'être affectés par cette décision dans les trois prochaines années.»

Mais selon le constructeur, «l'actuelle montée en cadence (de production) de l'A320 et la nouvelle commande de gros porteurs d'Emirates offriront de nombreuses possibilités de mobilité interne».

Cette décision était attendue: le sort de l'A380 était lié à la décision l'an dernier de la compagnie du Golfe d'acquérir 36 A380 supplémentaires, ce qui donnait à Airbus «une visibilité pour au moins les dix ans à venir», avait assuré Tom Enders à l'époque

Résultats financiers négatifs

La décision d'arrêter la production de l'A380 a affecté les résultats financiers d'Airbus pour l'année 2018, qui étaient également publiés jeudi, avec un impact négatif de 463 millions d'euros sur le bénéfice opérationnel.

L'an dernier, Airbus a néanmoins vu son bénéfice net augmenter de 29% à 3 milliards d'euros, et son chiffre d'affaires consolidé 2018 a progressé de 8% à 63,7 milliards d'euros.

Il prévoit de livrer entre 880 et 890 avions commerciaux en 2019, contre 800 en 2018.

Niveau record de rentabilité

«Même si 2018 fut une année de défis, nous avons respecté nos engagements, avec un niveau record de rentabilité grâce à une excellente performance opérationnelle, en particulier au quatrième trimestre», s'est félicité Tom Enders, son président exécutif.

Airbus va également passer une nouvelle provision de 436 millions d'euros sur le programme d'avion de transport militaire A400M. Il avait passé une charge de 1,3 milliard d'euros en 2017 et de 2,2 milliards en 2016 sur ce programme.

Malgré cela, «Airbus est sur une solide trajectoire de croissance», a estimé Tom Enders, qui passera la main à Guillaume Faury, qui dirige la branche aviation commerciale d'Airbus, en avril à l'occasion de l'assemblée générale du groupe.

Les images du jour

Retour à la page d'accueil