Arrêtée, Meng Wanzhou invoque sa santé

ATS

10.12.2018 - 02:21

Lors d'une déclaration sous serment, Meng Wanzhou, fille du fondateur de Huawei, société que les agences du renseignement américain présentent comme liée au gouvernement chinois, a clamé son innocence (archives).
Source: KEYSTONE/AP The Canadian Press/JANE WOLSAK

La directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei réclame sa remise en liberté sous caution en attendant une audience d'extradition. Elle invoque des raisons médicales, selon des documents de justice transmis dimanche.

Meng Wanzhou, 46 ans, a été arrêtée il y a une semaine alors qu'elle était en transit entre deux vols à l'aéroport de Vancouver au Canada. Elle risque désormais d'être extradée vers les Etats-Unis. Elle est la fille du fondateur de Huawei, société que les agences du renseignement américain présentent comme liée au gouvernement chinois.

Les Etats-Unis accusent Meng d'avoir dissimulé des liens existant entre l'équipementier télécoms chinois et une firme qui essayait de contourner les sanctions américaines contre l'Iran. Elle est passible de poursuites pour conspiration en vue de frauder de multiples institutions financières, avec une peine pouvant aller jusqu'à 30 ans de prison pour chacun des chefs d'accusation qui la vise.

Innocente

Lors d'une déclaration sous serment, Meng Wanzhou a clamé son innocence. Elle contestera les allégations qui lui sont imputées devant la justice américaine si elle était extradée aux Etats-Unis, a-t-elle ajouté.

Meng Wanzhou a également indiqué avoir été transportée à l'hôpital pour recevoir des traitements médicaux pour de l'hypertension causée par son arrestation. C'est d'ailleurs cette maladie qu'elle invoque dans sa demande de libération sous caution. Elle affirme également avoir des relations de longue date à Vancouver, remontant à plus de 15 ans, ainsi que des biens immobiliers importants dans la ville.

"Protester énergiquement"

Dans les documents de justice transmis dimanche, Huawei a également indiqué que ses opérations en Iran "respectaient strictement les lois, les règles et les sanctions en vigueur" instaurées par les Nations unies, les Etats-Unis et l'Union européenne.

Le ministre chinois des Affaires étrangères a convoqué dimanche l'ambassadeur des Etats-Unis à Pékin pour "protester énergiquement" contre son arrestation. "Les actes des Américains ont gravement violé les droits légaux et légitimes de cette Chinoise, et par leur nature, ces actes sont extrêmement mauvais", a-t-il indiqué.

La Chine exhorte les Etats-Unis à prêter attention à la position juste de Pékin et à revenir sur le mandat d'arrêt qu'ils ont lancé. Le même vice-ministre avait, samedi, signifié à l'ambassadeur du Canada en Chine que son pays s'exposerait à de graves conséquences s'il ne remettait pas sans attendre Meng Wanzhou en liberté.

Retour à la page d'accueil

ATS