Cas de rigueur: Neuchâtel augmente la somme à 55,5 millions

js, ats

18.1.2021 - 12:48

Le Conseil d'Etat neuchâtelois a décidé d'augmenter la somme pour les cas de rigueur de 22,2 à 55,5 millions de francs, à la suite de la modification du cadre fédéral en lien avec la crise sanitaire. Le périmètre des bénéficiaires est élargi et le processus d'octroi est simplifié.

Les restaurateurs neuchâtelois ont manifesté samedi à Neuchâtel pour exprimer leur colère, face à la potentielle prolongation de la fermeture des établissements publics jusqu'à fin février.
Les restaurateurs neuchâtelois avaient manifesté à Neuchâtel pour exprimer leur colère, face à la prolongation de la fermeture des établissements publics jusqu'à fin février.
KEYSTONE

Sur les 55,5 millions de francs alloués aux cas de rigueur neuchâtelois, la somme de 42,9 millions sera à charge de la Confédération et 12,6 millions à celle du canton. «C'est une lueur d'espoir pour le secteur de la restauration qui est au bord du gouffre», a déclaré lundi Caroline Juillerat, co-présidente de GastroNeuchâtel.

«Les outils sont enfin là et accessibles et vont permettre des indemnisations réelles. Même si les aides ne vont pas couvrir la totalité des frais fixes et les pertes subies depuis la mi-mars», a ajouté Caroline Juillerat.

L'aide pour les cas de rigueur s'adresse aux entreprises ayant subi des fermetures imposées durant plus de 40 jours depuis le 1er novembre et celles ayant subi une perte de chiffre d'affaires supérieure à 40% durant l'année 2020. Les entreprises éligibles bénéficieront d'un soutien équivalent à 24% de leur chiffre d'affaires mensuel moyen par mois de fermeture jusqu'à concurrence de 40'000 francs par mois.

Les entreprises qui n'ont pas été obligées de fermer, mais qui ont subi une baisse de plus de 40% du chiffre d'affaires en raison de la pandémie, peuvent prétendre à une aide, selon certaines conditions. «Il pourrait arriver que certaines entreprises ou certains indépendants puissent passer entre les mailles du filet des mesures pour les cas de rigueur, même si l'accès aux RHT et APG restent possibles», a expliqué Jean-Nathanaël Karakash, chef du Département de l'économie et de l'action sociale, à une question de Keystone-ATS.

Plus de 6000 entreprises

A ce jour et depuis le début de la pandémie, les aides fédérales et cantonales allouées au canton de Neuchâtel se montent à environ 730 millions de francs, dont 420 millions d'aides à fonds perdu (RHT, APG et autres) et 310 millions de prêts ou cautionnement. Plus de 6000 entreprises et indépendants ont bénéficié de soutiens des collectivités l'an dernier.

Si les soutiens ont été financés à plus de 95% par la Confédération, les sommes allouées par le canton dépassent 20 millions de francs. «Ce montant représente l'équivalent de sept années d'aide au développement économique», a déclaré Jean-Nathanaël Karakash.

Les importants montants engagés et la réactivité des entreprises ont «permis de limiter les dégâts économiques et sociaux», a ajouté le conseiller d'Etat. «Les licenciements collectifs sont jusqu'à présent moins importants que ce que l'on pouvait craindre et il y a peu de faillites. Le taux de chômage s'est monté à 5% à fin 2020, alors qu'on tablait entre 6 à 10%. La préservation de l'emploi a bien fonctionné».

Florian Néméti, directeur de la Chambre neuchâteloise du commerce et de l'industrie, a rappelé que certains secteurs, comme les medtech, les télécoms ou la pharma par exemple, «vont pas trop mal, voire bien actuellement et pourront tirer l'économie cantonale quand ça reprendra». Selon lui, on peut espérer un rebond durant 2021 et tous les soutiens possibles actuels sont nécessaires pour permettre de rester bien positionnés quand l'économie reprendra.

Retour à la page d'accueil

js, ats