Coronavirus: plus de 1000 dispositifs de soutien dans le monde

sn, ats

11.12.2020 - 17:12

Les différents Etats ont pris plus de 1000 dispositifs de soutien économique pour des milliers de milliards de francs depuis le début de la pandémie. Des mesures liées au commerce pour 390 milliards de francs ont été décidées, a affirmé vendredi à Genève l'OMC.

La plupart des mesures sur le commerce liées à la pandémie et décidées par les Etats ne sont déjà plus appliquées selon l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève (archives).
ATS

Les mesures de soutien à l'économie prises sont «importantes» pour la relance. Parmi les quelque 460 d'entre elles liées au commerce, près de 340 portaient sur les marchandises, affirme dans un rapport l'Organisaton mondiale du commerce (OMC).

Au total, 58% ont facilité les transactions, pour plus de 200 milliards de francs, alors que plus de 40% étaient des restrictions pour environ 160 milliards. Mais seules 39% de ces mesures étaient toujours appliquées en octobre.

La surveillance régulière de ces composantes «sera importante pour les membres» au moment de la relance qui dépendra d'une collaboration entre les Etats, estime un directeur général adjoint de l'organisation, Yonov Frederick Agah.

En dehors du dispositif lié au coronavirus, les mesures sur le commerce ont été les moins nombreuses en près de dix ans. L'OMC attribue ce recul à la baisse du commerce mondial en raison de la pandémie. Le commerce des marchandises s'est déprécié de 21% lors de la période de trois mois jusqu'en juin, par rapport à la situation un an auparavant.

640 milliards pour faciliter les importations

Sur un an jusqu'à octobre, les facilitations des importations se sont établies à plus de 640 milliards de francs, en augmentation par rapport aux plus de 480 milliards de l'année précédente. Les restrictions ont, elles, atteint plus de 390 milliards, en recul par rapport aux près de 670 milliards auparavant.

L'OMC ajoute qu'une soixantaine de mesures ont été prises pour faciliter la propriété intellectuelle sur les technologies contre le coronavirus. Mais une demande de plusieurs membres d'une exception aux brevets pour de futurs produits comme les vaccins ou les médicaments n'a toujours pas abouti à un consensus en raison de l'opposition d'un certain nombre de pays riches malgré une nouvelle réunion jeudi. Les discussions vont se poursuivre l'année prochaine au sein de l'organisation.

Retour à la page d'accueil

sn, ats