Divorce avec ESH Médias

Le journal La Liberté est-il en danger?

hs, ats

4.1.2022 - 10:52

Le groupe de presse romand ESH Médias résilie son contrat de collaboration avec le quotidien fribourgeois La Liberté pour mai 2022. La fin de cette convention pourrait avoir des conséquences pour le titre fribourgeois à l'horizon 2023.

«Nous n'allons pas prendre de mesures immédiates, de possibles mesures pourraient être prises à l'horizon du début d'année 2023», relève Serge Gumy. (archives)
«Nous n'allons pas prendre de mesures immédiates, de possibles mesures pourraient être prises à l'horizon du début d'année 2023», relève Serge Gumy. (archives)
KEYSTONE

hs, ats

4.1.2022 - 10:52

«Le manque à gagner est de plusieurs centaines de milliers de francs», a indiqué mardi à Keystone-ATS Serge Gumy, directeur du Groupe Saint-Paul qui édite La Liberté. Revenant sur une information de la RTS, l'ancien rédacteur en chef du titre fribourgeois estime qu'il ne devrait pas y avoir d'impact sur les ressources humaines cette année.

«Nous n'allons pas prendre de mesures immédiates, de possibles mesures pourraient être prises à l'horizon du début d'année 2023», a ajouté Serge Gumy dans La Matinale de la RTS. Jusqu'à présent, La Liberté et les autres médias du groupe ont évité des mesures sur l'emploi. «Je ferai évidemment tout mon possible pour pouvoir continuer de le faire ainsi, sans pouvoir évidemment offrir une garantie à 100% que cela sera le cas».

La Liberté fournissait au groupe de presse romand ESH Médias, propriétaire des quotidiens Arcinfo, Le Nouvelliste et La Côte, un contenu rédactionnel pour les pages suisses, internationales et économiques. Cette collaboration entre les deux groupes existe depuis 2015.

Nouvelle orientation

«Il n'y a pas de conflit ni de désaccord profond mais une volonté de notre part de réorienter notre collaboration», a expliqué Jacques Matthey, directeur des rédactions ESH Médias à Keystone-ATS. Le groupe de presse souhaite donner une autre forme à l'accord avec La Liberté pour mieux faire le lien entre l'actualité fédérale et ses incidences sur les régions, notamment le Valais et Neuchâtel.

Jacques Matthey a ajouté qu'il n'y avait pas de remise en question du fond ni du principe d'une collaboration avec La Liberté, qui reste un partenaire proche. «Nous avons également le souhait d'avoir une dimension numérique plus affirmée et dans des formats compatibles avec nos plateformes», a expliqué Jacques Matthey.

hs, ats