Glencore prend le contrôle d'une mine de charbon en Colombie

al

28.6.2021 - 08:54

Glencore a annoncé lundi avoir racheté les participations de ses partenaires dans une mine de charbon en Colombie. Cette opération représente le meilleur moyen de réaliser ses objectifs climatiques que la société a d'ailleurs relevés.

Glencore va racheter pour un total de 588 millions de dollars (540,1 millions de francs) les parts respectives de 33,3% que détenaient ses homologues australien BHP et britannique Anglo American dans la mine de Cerrejon dans le nord-est de la Colombie (archives).
ATS

al

28.6.2021 - 08:54

Glencore va racheter pour un total de 588 millions de dollars (540,1 millions de francs) les parts respectives de 33,3% que détenaient ses homologues australien BHP et britannique Anglo American dans la mine de Cerrejon dans le nord-est de la Colombie, selon un communiqué. Le groupe, basé à Baar, devient ainsi l'unique propriétaire de la mine.

L'opération est effective à titre rétroactif à la fin de l'année dernière. En prenant en considération la performance opérationnelle future du site, les prix du charbon et une finalisation du rachat au premier semestre 2022, les liquidités générées par la mine devraient réduire les coûts d'acquisition de 230 millions de dollars. Le retour sur investissement devrait intervenir dans moins de deux ans.

La mine de Cerrejon est décrite comme étant l'une des plus grandes mines à ciel ouvert de charbon thermique au monde.

Glencore a estimé que le rachat des parts de ses homologues, permettant de prendre le contrôle de la mine, représentait la meilleure solution pour répondre à ses engagements climatiques, notamment une sortie progressive du charbon. Les volumes de production doivent décliner à partir de 2030 et la concession expirer d'ici 2034.

«Vendre nos actifs dans les énergies fossiles et passer la responsabilité à quelqu'un d'autre n'est pas la solution et ne réduira pas les émissions absolues» de gaz à effet de serre, a estimé le directeur général de Glencore, Ivan Glasenberg.

La société a également passé en revue ses objectifs climatiques pour prendre en considération la prise de contrôle à 100% de la mine de Cerrejon. La direction a relevé ses objectifs à moyen terme de réduction des émissions (scope 1, 2 et 3) de 40% à 50% d'ici 2035, comparé aux niveaux de 2019. A court terme, Glencore envisage de réduire ses émission de 15% dans cinq ans, toujours par rapport à 2019.

L'entreprise a par ailleurs confirmé son engagement envers l'Accord de Paris sur la limitation du réchauffement climatique.

al