Marché du travail

Hausse du chômage plus forte dans les cantons latins

buc

8.1.2021 - 09:46

La hausse de près d'un tiers du taux de chômage en Suisse l'année dernière en raison de la crise sanitaire a été nettement plus marquée en Suisse romande et au Tessin que dans la partie alémanique.

Used tickets from a ticket issuing device at the
L'an dernier, le taux de chômage a été de 4,9% à Genève, de 4,7% dans le Jura et de 4,6% à Neuchâtel, précise le Secrétariat d'État à l'économie dans son relevé. (image d'illustration)
KEYSTONE

Alors que sur l'ensemble du pays, celui-ci s'est inscrit en moyenne annuelle à 3,1%, il a été de 4,9% à Genève, de 4,7% dans le Jura et de 4,6% à Neuchâtel, précise le Secrétariat d'État à l'économie (Seco) vendredi dans son relevé.

Les cantons de Vaud (4,5%), du Valais (3,7%) et du Tessin (3,6%) figurent également dans le haut du classement, de même que Fribourg (3,3%).

A l'inverse, les cantons de Suisse centrale ont enregistré des taux de chômage souvent inférieurs à 2%, la palme revenant au demi-canton d'Appenzell Rhodes-Intérieures (1,1%), juste devant celui d'Obwald (1,2%).

Sur le seul mois de décembre, le Jura affiche le plus haut taux de chômage du pays à 5,6%, ainsi que la plus forte progression sur un an (+1,6 point de pourcentage), devant Genève (5,4%) et Neuchâtel (5,0%).

Dans un communiqué, le gouvernement jurassien explique que la crise sanitaire et ses conséquences pour l'économie et le marché du travail «continuent de peser sur les entreprises, qui demeurent nombreuses à devoir recourir à une réduction d'horaire de travail (RHT)».

De son côté, l'exécutif neuchâtelois souligne que l'augmentation sur un mois observée en décembre est liée en partie aux facteurs saisonniers défavorables qui touchent notamment le secteur de la construction.

Retour à la page d'accueil

buc