Helvetia bat les attentes des analystes au premier semestre

md

13.9.2021 - 08:28

md

13.9.2021 - 08:28

L'assureur Helvetia a battu assez largement les attentes des analystes au premier semestre, malgré des conditions difficiles avec les intempéries de l'été dernier, dont les coûts sont estimés à environ 70 millions de francs, selon un communiqué paru lundi.

Les primes brutes du groupe saint-gallois ont progressé de 21% en données corrigées des effets de changes à 6,9 milliards de francs. Le ratio combiné (rapport entre primes encaissées et coûts des sinistres) a bien résisté, s'améliorant à 94,5% contre 95,9% il y a un an (archives).
ATS

Les primes brutes du groupe saint-gallois ont progressé de 21% en données corrigées des effets de changes à 6,9 milliards de francs. Le ratio combiné (rapport entre primes encaissées et coûts des sinistres) a bien résisté, s'améliorant à 94,5% contre 95,9% il y a un an.

Le résultat des placements s'est vigoureusement amélioré pour se fixer à 1,15 milliard de francs, suite à une perte d'un peu moins de 30 millions de francs l'année dernière. Helvetia reste bien capitalisée avec un ratio de fonds propres (SST) de plus de 220% fin juin.

Quant au bénéfice net, il se situe à 262,4 millions de francs, contre une perte nette de 16,9 millions il y a 12 mois.

Par secteur d'activité, c'est essentiellement dans les affaires non-vie que la compagnie témoigne d'une embellie (+31,5%), tant sur le plan de la croissance organique qu'avec l'acquisition de l'espagnol Caser, ce dernier comptant pour deux tiers de la croissance.

Dans les affaires vie, la progression des primes a été plus modeste (+8,7%) et s'explique à la fois par la contribution de Caser et par les activités avec des produits liés à des placements préservant le capital dans les affaires de vie individuelle.

Helvetia s'en tient aux objectifs dévoilés en mars. L'assureur souhaite réduire ses coûts de 100 millions de francs par an d'ici 2025 et atteindre un ratio combiné compris entre 92% à 94%. Parallèlement il entend accroître le dividende ou pour le moins le maintenir à un niveau stable.

md