La nouvelle Alitalia s'appellera ITA Airways

afp

15.10.2021 - 16:11

La nouvelle compagnie aérienne publique italienne née des cendres d'Alitalia, qui a pris son envol vendredi matin, s'appellera ITA Airways et sera dotée d'un logo vert-blanc-rouge inspiré de la marque historique, a annoncé son directeur général Fabio Lazzerini.

afp

15.10.2021 - 16:11

Cet Airbus A320 est un des premiers de la compagnie aérienne ITA, née ce vendredi sur les cendres de l'ancienne compagnie nationale Alitalia, qui a opéré la veille son dernier vol, après près de trois quarts de siècle d'une histoire mouvementée.
ATS

«Nous ne voulons pas oublier le passé glorieux d'Alitalia, mais c'est une renaissance totale» visant à créer une compagnie «durable» et «rentable», a-t-il expliqué lors de la présentation de la jeune pousse.

«La rentabilité représente une immense discontinuité» par rapport au passé, «Alitalia a une histoire merveilleuse mais marquée par de grandes difficultés économiques», a-t-il souligné. Au bord de la faillite, Alitalia a été placée sous tutelle de l'administration publique en 2017 et sa situation s'est encore dégradée sous l'effet de la crise du Covid-19.

La Commission européenne a donné en septembre son feu vert au décollage de son successeur et a autorisé 1,35 milliard d'euros de fonds publics. ITA, qui part sans dettes, a été dispensée de rembourser les aides d'Etat perçues par Alitalia.

Décollage avec 7 minutes d'avance

Le premier avion d'ITA Airways a décollé vendredi à 06h13 (04h13 GMT) de Milan-Linate en direction de Bari dans le sud du pays, avec sept minutes d'avance sur l'horaire prévu et 37 personnes à bord. «Nous montrerons aux contribuables italiens, qui sont nos actionnaires de référence, que nous ferons attention à l'utilisation des ressources», a assuré le président de la compagnie, Alfredo Altavilla.

ITA a remporté jeudi l'appel d'offres pour la marque Alitalia, en déboursant 90 millions d'euros au lieu des 290 millions initialement demandés. Elle gardera le design du logo, mais pas le nom. «La marque Alitalia ne pouvait appartenir à personne d'autre qu'à la nouvelle compagnie aérienne nationale du pays», a fait valoir M. Altavilla.

ITA a débuté ses opérations avec une flotte réduite de moitié, à 52 appareils, dont 7 gros porteurs, qui sera étoffée de 26 autres dès 2022. Elle desservira dans un premier temps 44 destinations pour arriver à 74 en 2025. M. Altavilla a confirmé qu'ITA avait acquis la branche aviation «pour un euro», en ajoutant que «cela ne signifie pas que c'est sa valeur». Les services au sol et la maintenance seront vendus séparément, par le biais d'appels d'offres, comme l'a exigé Bruxelles.

Quelque 2800 personnes ont été recrutées cette année par ITA, dont 70% travaillaient auparavant pour Alitalia. En 2022, le seul secteur aviation embauchera «1000 personnes de plus», pour arriver à «5750 personnes en 2025», a précisé la compagnie dans un communiqué.

ITA Airways «n'est pas née pour rester seule» et est à la recherche d'un partenaire, a en outre annoncé M. Altavilla. L'objectif est de «parvenir à un accord» avec une autre compagnie aérienne «d'ici la fin 2022».

afp