Cyberattaque

Le suédois Coop prévoit un retour à la normale en fin de semaine

afp

7.7.2021 - 14:40

afp

7.7.2021 - 14:40

L'une des principales chaînes de supermarchés en Suède, Coop, touchée par la cyberattaque géante visant la société américaine Kaseya, prévoit un retour à la normale «avant la fin de la semaine», a fait savoir à l'AFP un porte-parole mercredi.

epa09323482 A shuttered Coop supermarket store in the suburb of Vastberga, Stockholm, Sweden, 03 July 2021 (issued 05 July 2021). Some 500 Coop supermarket stores in Sweden have been forced to close due to an ongoing 'colossal' cyber-attack affecting organisations around the world. Coop Sweden says it closed more than half of its 800 stores on Friday after point-of-sale tills and self-service checkouts stopped working. EPA/JONAS EKSTROMER SWEDEN OUT
La chaîne suédoise de supermarchés Coop, touchée par la cyberattaque géante visant la société américaine Kaseya, prévoit un retour à la normale "avant la fin de la semaine".
KEYSTONE

«Il est raisonnable de dire que dans quelques jours, avant la fin de la semaine, tout sera revenu à la normale», a déclaré à l'AFP Lennart Agén, un porte-parole de Coop Suède, une des entreprises les plus touchées dans le monde par la cyberattaque.

Mercredi, le nombre de magasins rouverts a atteint 500 sur un total de 800, après plusieurs jours de «travail intensif», selon Coop Suède, qui représente environ 20% du secteur dans le pays nordique avec un chiffre d'affaires annuel de près de 1,5 milliard d'euros (1,6 milliard de francs).

Mardi, «une majorité» des magasins étaient encore fermés.

Mise à jour des logiciels

Dans une centaine de magasins rouverts, les clients doivent toujours utiliser leur téléphone pour payer leurs courses, via une application de la chaîne coopérative.

Mais Coop a également indiqué avoir effectué une mise à jour du logiciel de leurs caisses, ce qui leur permettra de rouvrir la totalité de leurs magasins.

«Dans quelques jours, toutes les caisses fonctionneront», a assuré à l'AFP Lennart Agén.

La société informatique américaine Kaseya, victime d'une cyberattaque au «rançongiciel» qui pourrait avoir affecté jusqu'à 1500 entreprises dans le monde, peine toujours à redémarrer ses serveurs pour permettre à ses milliers de clients d'accéder de nouveau à leurs services sur internet, après avoir dû admettre de nouvelles difficultés techniques.

Les attaques au rançongiciel paralysent le système informatique d'une organisation, qui est alors sommée de transférer des fonds aux pirates informatiques pour se libérer.

Selon de nombreux experts, les pirates à l'origine de ce genre de cyberattaques sont souvent installés en Russie et celle contre Kaseya a été menée par un affilié au groupe de hackers russophones connu sous le nom de REvil.

afp