Les industriels helvétiques sont peu prompts à recruter

ck

1.11.2021 - 09:39

Les délais de livraison et les hausses de prix des matières premières pèsent sur la confiance du secteur industriel suisse, peu enclin à embaucher. L'indice manufacturier des directeurs d'achat (PMI) a reculé en octobre de 2,7 points sur un mois.

ck

1.11.2021 - 09:39

Seul un quart des entreprises recrute actuellement, en dépit des niveaux d'élevés d'utilisation des capacités. Cela pourrait être interprété comme un signe de scepticisme quant à la durée du rebond actuel ou de difficultés de recrutement. (archives)
ATS

L'indice PMI pour l'industrie, publié lundi par Credit Suisse et la société Procure.ch, a atteint 65,4 points, après 68,1 en septembre. Il se situe dans la fourchette des prévisions des économistes consultés par AWP (entre 65,0 et 67,3 points). Sur un an, cet indicateur a progressé de 12,5 points.

Les problèmes d'approvisionnement sont susceptibles d'entraîner un ralentissement de la production. Les délais des fournisseurs s'allongent, mais toutefois de manière moins répandue qu'au cours de la période précédente, selon le document. Cela a incité les entreprises à reconstituer leurs stocks, ce qui constitue un «signe favorable» en ce moment, les entreprises étant alors capables d'expédier leurs marchandises disponibles.

En revanche, seul un quart des entreprises recrute actuellement, en dépit des niveaux d'élevés d'utilisation des capacités. Cela pourrait être interprété comme un signe de scepticisme quant à la durée du rebond actuel ou de difficultés de recrutement.

Du côté des services, l'indice PMI s'est établi à 59,4 points, en retrait de 2,7 points sur un mois mais en progression de 9,1 points sur un an. Il ressort en-dessous du sondage AWP qui s'attendait à un résultat entre 61,0 et 63,5 points.

Cet indicateur, davantage axé sur la consommation intérieure, montre que «la dynamique reste supérieure à la moyenne et que les prix augmentent à une large échelle». Les prix de vente progressent moins fortement que les prix d'achat. Les entreprises pourraient avoir du mal à répercuter cette hausse sur le consommateur.

ck