Les petits ours, un succès mondial: Haribo fête ses 100 ans

dpa

13.12.2020

Avec ses oursons gélifiés et ses rouleaux de réglisse, l’entreprise familiale créée à Bonn a conquis le monde au cours des dernières décennies. Mais à l’occasion de son centenaire, une augmentation des prix et une fermeture d’usine sont sources de tracas.

Chaque jour, environ 160 millions d’Ours d’Or – ainsi que d’innombrables sachets remplis de rouleaux de réglisse et autres confiseries – sortent des usines Haribo à travers le monde. A l’occasion de son centenaire, l’entreprise familiale fondée le 13 décembre 1920 à Bonn (Allemagne) ne domine pas seulement le marché allemand des bonbons gélifiés aux fruits et de la réglisse. Selon les chiffres communiqués par la société, elle est également devenue cette année la première marque de confiserie aux Etats-Unis, hors marché du chocolat.



Haribo fête son centenaire depuis le début de l’année avec une campagne publicitaire de grande envergure. Cependant, cette année spéciale n’a pas été des plus simples pour le groupe. Le coronavirus n’a pas été la seule source de tracas pour le confiseur.

Dans l’est de l’Allemagne, l’annonce de la fermeture de l’usine Haribo à Wilkau-Haßlau, en Saxe, a suscité l’indignation. Le Land de Saxe a alors mis fin à son partenariat publicitaire avec le confiseur. De même, suite à un litige concernant une augmentation des prix exigée par Haribo, les clients allemands de Lidl n’ont pu trouver aucun produit Haribo dans les rayons du discounter pendant plusieurs mois.

Un succès au rendez-vous depuis 1920

La crise du coronavirus a également laissé des traces chez le confiseur. Si l’entreprise indique que ses ventes dans le commerce alimentaire ont augmenté au cours du premier semestre, les ventes sur d’autres canaux de distribution – tels que les aéroports et les gares – se sont dans le même temps effondrées.

De plus, en raison du confinement partiel actuellement en vigueur en Allemagne, les consommateurs font leurs courses beaucoup moins fréquemment qu’auparavant – et font souvent des achats en grande quantité, a déclaré un porte-parole de Haribo. «Il manque souvent la part de plaisir, ce qui n’est pas bénéfique pour un produit acheté de façon impulsive comme le nôtre.»



L’entreprise a été fondée en 1920 par Hans Riegel, confiseur de métier, dans une arrière-cour de Bonn. Cela se reflète encore aujourd’hui dans son nom: HAns RIegel, de BOnn. L’entreprise a connu une croissance rapide. Dès 1922, les premiers oursons gélifiés aux fruits sont apparus dans la gamme de produits.

En 1925, Hans Riegel a également commencé à fabriquer des produits à base de réglisse. Aujourd’hui, l’entreprise familiale emploie 7000 personnes dans le monde entier, dispose de sites de production dans dix pays et exporte ses confiseries dans plus de 100 pays.

Rien qu’en Allemagne, environ 300 produits sont proposés, alors qu’à travers le monde, l’entreprise compte un millier de produits. Haribo justifie cette diversité en affirmant que l’un des secrets de son succès est d’adapter le goût de ses produits aux préférences de chaque pays. Depuis 2018, la société n’est plus établie à Bonn, mais dans la commune voisine de Grafschaft en Rhénanie-Palatinat, où Haribo a investi un nouveau siège.

«On n’arrêtera jamais de manger des friandises»

Malgré le coronavirus, Haribo regarde l’avenir avec optimisme. «Le marché des Etats-Unis est très important pour nous. Nous y voyons également marché d’envergure et de nouvelles possibilités de croissance pour Haribo dans les années et décennies à venir», a déclaré un porte-parole de l’entreprise.

La première usine Haribo en Amérique du Nord est actuellement en construction dans l’Etat du Wisconsin. Dans le même temps, le confiseur renforce sa présence dans le commerce électronique à l’échelle mondiale. L’entreprise familiale voit également des taches blanches en Asie.

Néanmoins, le confiseur ne considère pas le débat actuel sur la consommation excessive de sucre au sein de la population comme une menace pour son avenir. «Le sucre caché dont on parle tant n’existe pas chez Haribo», a souligné un porte-parole de l’entreprise.

L’Ours d’Or, les rouleaux de réglisse et autres friandises sont des produits axés sur le plaisir et non des denrées alimentaires de base, ce dont les consommateurs sont également conscients, précise-t-il. Haribo garde confiance pour les 100 prochaines années, comme l’affirme un porte-parole de l’entreprise: «On n’arrêtera jamais de manger des friandises.»

Retour à la page d'accueil