Ski

Les stations de Haute-Savoie ont souffert de l'absence des Anglais

ATS

7.1.2022 - 14:29

«Les vacances de Noël ont globalement bien fonctionné», retrouvant «presque» le niveau d'occupation de 2019, a indiqué vendredi le ministre délégué chargé du Tourisme et des PME, Jean-Baptiste Lemoyne. Les stations de Haute-Savoie ont toutefois davantage souffert en raison de l'absence des touristes britanniques.

Une vue du Massif du Mont Blanc: lors des vacances de Noël, les stations de ski de Savoie et Haute-Savoie, qui dépendent particulièrement de la clientèle britannique, ont enregistré un recul de fréquentation pouvant atteindre 20%.
Une vue du Massif du Mont Blanc: lors des vacances de Noël, les stations de ski de Savoie et Haute-Savoie, qui dépendent particulièrement de la clientèle britannique, ont enregistré un recul de fréquentation pouvant atteindre 20%.
ATS

ATS

7.1.2022 - 14:29

«Les gîtes de France ont fait 70% de taux d'occupation la première semaine des vacances, 85% la deuxième semaine», a cité en exemple le ministre, interrogé sur Sud Radio.

Pour les stations de ski, «même si la clientèle britannique ne pouvait pas venir, on est sur des résultats qui sont presque ceux de 2019», a assuré Jean-Baptiste Lemoyne, qui estime le taux d'occupation inférieur de 8% à celui de 2019.

Les stations de ski des Pyrénées et du Massif Central «ont cartonné», selon lui avec des taux d'occupation à «plus 10%, plus 20%, plus 30%» alors que les stations de Savoie et Haute-Savoie, qui dépendent davantage de la clientèle britannique, «ont pu faire moins 10%, moins 15%, moins 20%», a-t-il détaillé.

Le taux d'occupation en montagne pour les deux semaines de Noël et Nouvel an était de 74%, selon un communiqué d'Atout France.

Américains et Canadiens de retour

Sur le retour de la clientèle internationale, Jean-Baptiste Lemoyne a noté «depuis l'été dernier un retour des Américains et des Canadiens».

«Le tourisme international a repris, on a fait en octobre 80% de plus qu'en octobre 2020. C'est vrai qu'en octobre 2020 on était encore dans des circonstances compliquées avec la pandémie», a-t-il dit.

«On aura en 2021 plus de touristes internationaux qu'en 2020 où on était dans une fourchette de 34 à 40 millions. On espère être dans une fourchette de 42 à 50 millions», a précisé le ministre.

Avant la pandémie, les recettes internationales étaient de 90 milliards d'euros. Le ministre estime qu'en 2021, elles seront «de moitié». Selon Atout France, «les recettes internationales à fin octobre de 28,6 milliards d'euros sont déjà supérieures à celles de 2020».

ATS