Lettonie: ligne électrique rattachée au réseau européen

ATS

21.12.2020 - 20:11

Des ouvriers travaillent a l'installation du nouveau pylone qui remplace le pylone qui a ete sabote, ce lundi 10 aout 2020 a Gland. Le vendredi 26 juin 2020 un pylone electrique de la ligne a tres haute tension (220 Kv) Romanel - Foretaille a ete sabote proche de l'autoroute Lausanne-Geneve sur la commune de Gland. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)
Image d'illustration 
KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

La Lettonie a terminé lundi la construction d'une nouvelle ligne à haute tension vers l'Estonie, dans le cadre de la dernière étape de la connexion des réseaux baltes avec ceux des autres voisins européens, en remplacement de la Russie.

La Lettonie, la Lituanie et l'Estonie, autrefois sous domination soviétique et aujourd'hui toutes les trois membres de l'UE, comptent se synchroniser au réseau européen en 2025.

Les pays baltes sont toujours synchronisés avec le réseau russe, ce qui les rend dépendants de Moscou pour un approvisionnement stable en électricité.

«L'achèvement du projet est une étape importante dans le renforcement de l'indépendance énergétique de la Lettonie et des Baltes», a déclaré Varis Boks, président du groupe publique Augstsprieguma Tikls, responsable de l'exploitation des lignes à haute tension lettones.

La nouvelle ligne, qui relie la centrale électrique TEC-2 près de Riga à l'Estonie, devrait être pleinement opérationnelle en 2021. Il s'agit de la troisième connexion de ce type construite avec l'aide de l'UE.

Plus grand projet d'infrastructures électriques jamais réalisé en Lettonie depuis un demi-siècle, la ligne a coûté environ 220 millions d'euros dont la moitié assurée par Bruxelles.

Les nouvelles lignes électriques en Lettonie font partie du réseau NordBalt relié au marché scandinave en 2016, via un câble sous-marin qui s'étend entre la Lituanie à la Suède.

Cependant, les utilisateurs finaux en Lettonie se plaignent d'une augmentation des factures d'électricité. Actuellement, 16% de la consommation d'électricité en Lettonie provient de Russie et du Bélarus.

La Russie a pour sa part critiqué l'ensemble du projet, estimant qu'il risquait d'affecter son enclave de Kaliningrad, située entre la Pologne et la Lituanie.

Retour à la page d'accueil

ATS