Mitsubishi Motors en panne au 2e trimestre

ATS

4.11.2020 - 12:06

Le constructeur automobile nippon espère toujours parvenir à contenir sa perte opérationnelle sur l'ensemble de l'année, malgré un deuxième trimestre plus gravement sinistré que prévu. (archive)
Source: KEYSTONE/EPA/DIEGO AZUBEL

Le constructeur automobile japonais Mitsubishi Motors, allié de Renault-Nissan, a annoncé mercredi une perte nette pire qu'attendue au deuxième trimestre 2020/21 mais a cependant maintenu inchangées ses prévisions sur l'ensemble de l'exercice, également dans le rouge.

Le groupe, qui avait annoncé en juillet un plan de restructuration et d'économies, a subi une perte nette trimestrielle de 33,7 milliards de yens (près de 295 millions de francs), cinq fois supérieure à celle enregistrée un an plus tôt.

Il a aussi accusé entre juillet et fin septembre une perte opérationnelle de 29,3 milliards de yens, contre un petit bénéfice opérationnel de 6,3 milliards de yens sur la même période un an auparavant.

Ses ventes ont chuté de 41,6% à 345,4 milliards de yens (environ 3 milliards de francs) sur le trimestre, à cause de l'effondrement de la demande lié à la pandémie, surtout en Europe (-56,2%), où Mitsubishi Motors avait annoncé en juillet le gel de lancements de nouveaux modèles.

Elles ont baissé de 33,2% en valeur en Asie du Sud-Est, son deuxième marché après le Japon sur lequel le groupe concentre désormais le gros de ses efforts.

Sur l'ensemble de son exercice 2020/21, Mitsubishi Motors a maintenu ses prévisions d'une perte nette de 360 milliards de yens, contre une perte limitée à 25,8 milliards de yens en 2019/20.

Il table toujours sur une perte opérationnelle de 140 milliards de yens ainsi que sur un chiffre d'affaires en baisse de 35% sur un an, à 1480 milliards de yens (12,92 milliards de francs).

Alors que le gouvernement japonais s'est fixé récemment un objectif de neutralité carbone d'ici 2050, Mitsubishi Motors a par ailleurs annoncé lundi un objectif de réaliser d'ici 2030 50% de ses ventes totales avec des véhicules électriques.

Le groupe veut aussi réduire les émissions de CO2 de ses nouveaux véhicules et activités de 40% à la même échéance.

Retour à la page d'accueil

ATS