Vote à la Chambre, incertitude au Sénat

ATS

26.2.2021 - 18:29

La Chambre américaine des représentants votait vendredi soir sur le plan de relance de 1900 milliards de dollars. En raison d'un revers de procédure au Sénat, la hausse du salaire minimum réclamée par les démocrates ne figurera certainement pas dans la version finale.

Supreme Court nominee Amy Coney Barrett speaks during a confirmation hearing before the Senate Judiciary Committee, Monday, Oct. 12, 2020, on Capitol Hill in Washington. (AP Photo/Patrick Semansky)
Amy Coney Barrett lors d'une conférence du Sénat en 2020. 
KEYSTONE

C'est la gardienne des procédures du Sénat qui a bousculé jeudi soir l'avancée de ce plan titanesque, que le nouveau président américain voulait au départ voir adopté dès début février. Elizabeth MacDonough a jugé que le texte ne pouvait pas inclure la hausse du salaire minimum horaire à 15 dollars, voulue par Joe Biden.

Si certains progressistes s'en sont indignés, appelant à outrepasser le jugement de cette «parliamentarian», une responsable non élue, le président a fait savoir dès jeudi soir qu'il le «respectait».

Il a exhorté le Congrès à «avancer rapidement pour adopter le plan de sauvetage américain» et annoncé qu'il tenterait de faire avancer séparément l'augmentation du salaire fédéral minimum, actuellement à 7,25 dollars.

Le temps presse

Le message aux démocrates, qui contrôlent la majorité au Congrès, est clair: le temps presse pour relancer une économie durement frappée par la pandémie. Agissez «rapidement afin d'adopter cette loi pour donner aux Américains le soutien et l'aide urgents dont ils ont besoin», a écrit vendredi matin le Bureau de la gestion et du budget à la Maison Blanche (OMB) aux parlementaires.

La Chambre devait voter sur le projet de loi d'origine, qui comprend la hausse du salaire minimum jusqu'à 15 dollars par heure, d'ici 2025. Une mesure «nécessaire», a justifié jeudi soir la présidente démocrate de la Chambre Nancy Pelosi. «Cette disposition restera donc dans le 'Plan de sauvetage américain' qui sera soumis au vote».

Dans les faits, cette décision implique une plus longue navette parlementaire. Compte tenu de leur majorité à la chambre basse, le plan de 1900 milliards de dollars a de fortes chances d'y être facilement adopté. Il sera ensuite envoyé, la semaine prochaine, au Sénat, où la hausse du salaire devrait être retirée.

S'il y est à son tour adopté, ce texte repartira à la Chambre pour un vote sur une version finale harmonisée.

Chèques de 1400 dollars

Le retrait de la hausse du salaire minimum pourrait, dans les faits, faciliter l'adoption du plan de soutien. Car certains démocrates modérés étaient opposés à cette mesure. Or avec son infime majorité au Sénat, et l'opposition annoncée des républicains au plan Biden, le parti a impérativement besoin d'unité pour faire adopter ce projet.

Le sénateur Bernie Sanders et d'autres démocrates progressistes étudiaient toutefois vendredi une alternative pour encourager la hausse des revenus minimum: introduire dans le vaste plan de soutien un amendement créant des pénalités fiscales pour les grandes entreprises qui payent moins qu'un «minimum vital». Mais les démocrates modérés pourraient aussi s'y opposer.

Face à l'incertitude, les grands patrons américains appellent à agir vite. Le plan Biden vise à soutenir l'économie et la lutte contre le Covid-19. Il prévoit plusieurs dizaines de milliards de dollars pour l'accélération du rythme des vaccinations et le déploiement de tests mais aussi 130 milliards de dollars pour aider les écoles et lycées à rouvrir malgré la pandémie.

De nouveaux chèques d'aide d'un montant de 1400 dollars devraient être envoyés aux Américains, selon leur niveau de revenus, et la durée de versement des allocations chômage prolongée jusqu'au 30 septembre.

Les démocrates ont promis d'adopter ces mesures avant le 14 mars, lorsque le versement d'allocations chômage prolongé dans un précédent plan d'aide cessera.

Retour à la page d'accueil

ATS