Plus de limitations à 30 km/h pour plus de sécurité sur les routes

ro, ats

10.11.2020 - 11:04

Pour le BPA, la vitesse est un facteur déterminant en matière d'accident de la route (image d'illustration).
sda

La Confédération doit faciliter l'instauration de limites de vitesse à 30 km/h. Cela permettrait d'accroître la sécurité routière, estime le BPA. L'organisation souhaite aussi que les «délinquants de la route» soient contraints de suivre des cours de rééducation.

La révision partielle du droit de la circulation routière mise en consultation par le Conseil fédéral comporte des avancées importantes, estime mardi le Bureau de prévention des accidents (BPA). Mais elle néglige «deux instruments majeurs de renforcement de la sécurité routière».

La limite de vitesse de 30 km/h recèle «un énorme potentiel d’amélioration de la sécurité routière». Selon les calculs du BPA, instaurer davantage de limites de vitesse de 30 km/h permettrait de réduire de moitié au moins le nombre d’accidentés de la route graves.

Le BPA demande à la Confédération d'abaisser les obstacles juridiques à la mise en place de telles limitations de vitesse. Il exige aussi un «changement de paradigme»: le 30 km/h ne doit pas se cantonner aux routes de quartier, mais être étendu aux principaux axes de circulation lorsque la sécurité l'exige, car le potentiel de prévention y est plus grand.

Cours de rééducation

Le BPA regrette aussi que la révision de la loi n'instaure pas des cours de rééducation routière obligatoires pour les délinquants de la route. «Huit années se sont écoulées depuis l’adoption de cette mesure par le Parlement. Or, jusqu’ici, le Conseil fédéral n’a pas encore décidé de son entrée en vigueur», déplore-t-il.

A ses yeux, «il est prouvé scientifiquement» que de tels cours font baisser le taux de récidive s'ils satisfont à certaines exigences de qualité.

La consultation court jusqu'au 12 décembre. Le BPA estime que des adaptations s'imposent de toute urgence en matière de conduite automatisée. Il souhaite maintenir le permis de conduire à l'essai. Il salue l'obligation du port du casque à vélo jusqu'à 16 ans comme «une mesure pertinente» et soutient le lancement d'un essai pilote concernant l'éthylotest antidémarrage.

Retour à la page d'accueil

ro, ats