Russie: forte chute de croissance en 2020

ATS

24.4.2020 - 14:15

La Banque centrale de Russie s'attend à une baisse du PIB comprise entre 4 et 6% en 2020, les espoirs de reprise ayant été douchés par la crise mondiale provoquée par le nouveau coronavirus (archives).
Source: KEYSTONE/EPA/YURI KOCHETKOV

La Banque centrale de Russie a annoncé vendredi s'attendre à une baisse du PIB comprise entre 4 et 6% en 2020, les espoirs de reprise ayant été douchés par la crise mondiale provoquée par le nouveau coronavirus.

La Banque centrale a également baissé de 0,5 point son taux directeur à 5,50% et laissé clairement entendre que d'autres coupes auraient lieu lors des prochaines réunions.

«Il est prévu que le PIB baisse de 4-6% en 2020», avant de se reprendre avec une croissance de 2,8 à 4,8% en 2021, a indiqué l'institution dans un communiqué.

Selon ces prévisions, le prix moyen du baril de pétrole «Oural», ressource clé de la Russie, devrait être de 27 dollars cette année, un niveau faible pour faire tourner le moteur de l'économie, avant de se reprendre à 35 dollars en 2021 et 45 dollars en 2022.

Depuis sa dernière réunion de politique monétaire en mars, «la situation a changé radicalement», a souligné la Banque de Russie, citant l'impact très négatif sur l'économie des mesures de confinement introduites en Russie et dans le monde pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus.

A celles-ci s'ajoutent «la baisse de la demande extérieure et la baisse des prix du pétrole et d'autres produits d'exportation».

Dans ces circonstances, le PIB russe devrait décliner dans un premier temps, mais «l'activité économique devrait se reprendre progressivement à mesure que la situation liée au coronavirus se normalisera et que les mesures restrictives seront allégées».

Mesures publiques

«Le rythme de la reprise économique dépendra en grande partie de la quantité et de l'efficacité des mesures du gouvernement et de la Banque de Russie pour atténuer les effets de la pandémie», a ajouté la banque.

Elle a aussi indiqué avoir choisi de baisser le taux directeur car la hausse de l'inflation – provoquée par une chute du rouble et des ruées sur certains produits de consommation – ne sera que temporaire, et sera remplacée par des pressions négatives sur les prix face à une demande déprimée à plus long terme.

La prochaine réunion de politique monétaire est prévue le 19 juin.

Retour à la page d'accueil

ATS