Trafic sans accroc à Douvres et à Calais au premier jour du Brexit

ATS

1.1.2021 - 17:19

Après avoir pris le large comme prévu à 08h50 (heure suisse) depuis Douvres, le ferry "Pride of Kent" de la compagnie britannique P&O, a accosté peu après 10h00 (heure suisse) au port français de Calais. Il s'agit du premier ferry venu de Douvres soumis aux nouvelles modalités douanières.
ATS

Le ballet des camions et ferries du trafic transmanche s'opérait sans accroc dans les ports de Douvres et de Calais vendredi au premier jour du Brexit, après la sortie du Royaume-Uni du marché unique européen et le rétablissement des formalités douanières.

Au pied des falaises blanches de Douvres, le flot des ferries dans ce port britannique, désormais l'une des principales portes d'entrées de l'UE pour le Royaume-Uni, s'écoulait vendredi sans anicroche malgré les nouvelles formalités.

Les services concernés «ont eu largement le temps de se préparer» pour que les marchandises continuent à circuler sans encombre malgré la sortie du Royaume-Uni du marché commun européen et de l'union douanière, observe Alan Leigh, un habitant de la ville voisine de Folkestone, venu profiter de la première matinée de l'année sur les falaises qui surplombent le port.

Un accord commercial signé la veille de Noël entre Londres et Bruxelles permet d'éviter droits de douane et quotas, qui laissaient craindre des perturbations majeures voire le chaos.

Mais les entreprises qui commercent à travers le détroit craignent des difficultés dans les semaines et les mois qui viennent, avec le retour de formalités douanières disparues depuis des décennies.

En ce premier jour de l'année, le trafic s'annonce plutôt ténu, nombre d'entreprises ayant intensifié les échanges avant la fin de la période de transition de 11 mois introduite depuis la date formelle du Brexit, le 31 janvier 2020, et qui a pris fin jeudi à minuit (heure suisse).

Matt Smith, directeur général d'une entreprise de transports de produits frais, HSF Logistics, basée dans le nord-est de l'Angleterre, a expliqué à l'AFP avoir affronté une Saint-Sylvestre «extrêmement chargée» avec plus d'une douzaine de chargements expédiés vers l'UE avant l'entrée en vigueur des nouvelles règles.

La paperasse qui s'annonce désormais s'apparente à un «casse-tête», regrette-t-il.

La police britannique a fermé des tronçons de la principale autoroute pour Douvres, la M20, dans le cadre de leur plan de gestion du trafic des camions en direction du port du sud-est de l'Angleterre.

«The show must go on !»

Pour être autorisés à rouler dans le Kent, les routiers à destination de l'Europe doivent disposer d'une autorisation, délivrée électroniquement, prouvant qu'ils ont préalablement accompli les formalités qui s'imposent.

Les contrevenants risquent des amendes de 300 livres sterling (368 francs).

Les autorités ont indiqué jeudi que presque 500 de ces permis – valables 24 heures – ont été délivrés pour le 1er janvier, anticipant un total de 800.

Après avoir pris le large comme prévu à 08h50 (heure suisse) depuis Douvres, le ferry «Pride of Kent» de la compagnie britannique P&O, a accosté peu après 10h00 (heure suisse) au port français de Calais. Il s'agit du premier ferry venu de Douvres soumis aux nouvelles modalités douanières.

Il a déversé 36 camions, dont trois ont dû subir des contrôles supplémentaires, les autres étant autorisés à poursuivre leur route.

«Les outils informatiques ont parfaitement fonctionné», s'est réjoui Jean Michel Thillier, directeur interrégional des Douanes. «Ce sont trois ans de travail qui voient leur concrétisation» avec «un système informatique complètement nouveau», et «de gros aménagements en termes d'infrastructures».

«On s'y prépare depuis trois ans», a fait écho le président du port de Calais, Jean-Marc Puissesseau, tout en notant que «l'atmosphère sentimentale a un peu changé».

«Nous étions tellement habitués à aller (en Angleterre) comme en prenant le métro, avec une carte d'identité». Mais si le Royaume-Uni redevient «un pays étranger, un pays tiers», «nous avons quand même une grande amitié avec eux», a-t-il souligné, avant de lancer, en anglais: «That is life ! The show must go on !»

«Aucun problème» sous la Manche

«Aucun problème» non plus sur le site du tunnel sous la Manche, où le trafic a été «assez soutenu pour une nuit exceptionnelle», avec 200 camions passés jusqu'à vendredi matin, selon un porte-parole du groupe Getlink, exploitant du tunnel.

Côté français, les nouvelles formalités sont entrées en vigueur dès minuit, avec l'arrivée sur le «pit stop» – point de contrôle des camions en partance pour le Royaume-Uni – d'un premier poids lourd venant de Roumanie, transportant courrier et colis.

«Je suis très heureux, c'est un privilège pour moi», a déclaré son chauffeur, Toma Moise, 62 ans, avant que la maire de Calais, Natacha Bouchart, n'appuie symboliquement sur le bouton autorisant son départ.

Si elle y a vu un «moment historique», elle a aussi regretté «48 ans de retour en arrière avec des conséquences pour lesquelles nous n'avons pas encore tous les contours».

Voisine maritime de Douvres, Calais, qui a connu plus de deux siècles d'occupation anglaise, vit depuis quatre ans au rythme du Brexit. En moyenne, 60'000 passagers et 12'000 camions transitent quotidiennement par son littoral, 70% des échanges commerciaux entre le Royaume-Uni et l'UE.

Retour à la page d'accueil

ATS