France voisine

Trois propositions pour reprendre le fabricant de chariots Caddie

ATS

16.2.2022 - 16:51

Une sortie de crise semble se dessiner pour le fabricant emblématique de chariots de supermarché Caddie. L'entreprise alsacienne est actuellement en redressement judiciaire en raison de difficultés financières (photo prétexte).
ATS

Trois propositions, dont une offre de son actuel patron, ont été formulées pour reprendre le fabricant emblématique de chariots de supermarchés Caddie. L'entreprise alsacienne a été placée en redressement judiciaire au début du mois de janvier.

ATS

16.2.2022 - 16:51

Deux lettres d'intention et une offre avec conditions suspensives ont été faites, a indiqué Me Claude-Maxime Weil, l'administrateur judiciaire. «Il faut maintenant que les propositions garantissent le financement de l'opération et qu'il y ait une adhésion du personnel», a-t-il expliqué.

Début janvier, la chambre commerciale du tribunal judiciaire de Saverne (Bas-Rhin) a placé en redressement judiciaire Caddie. L'entreprise s'était déclarée en cessation de paiements face à une accumulation de difficultés.

Une nouvelle audience est prévue mardi prochain, mais Me Weil a dit prévoir de demander au tribunal une nouvelle poursuite d'activité de brève durée pour essayer de finaliser une offre. Une décision sur le sort de Caddie pourrait donc être repoussée de quelques semaines.

«Vu la situation financière de l'entreprise qui bénéficie d'un prêt public exceptionnel pour rester en activité et payer les salaires de ses 140 employés, il faut aller très vite», a considéré Me Weil. L'actuel PDG de l'entreprise Stéphane Dedieu a expliqué être l'auteur de l'offre déposée conjointement avec le distributeur italien de Caddie et un industriel allemand.

«Mon offre serait de reprendre 111 personnes et l'idée est de continuer à produire tous les produits Caddie, d'ouvrir l'usine de Dettwiller dans le Bas-Rhin à la sous-traitance industrielle pour la peinture, le zingage et le cintrage de tubes et de se diversifier dans le mobilier en métal design», a détaillé M. Dedieu, dont l'offre est notamment conditionnée à l'obtention d'un prêt.

«On veut que Caddie continue à opérer, on a une usine récente et il y a moyen de la rendre rentable», a-t-il assuré.

ATS