Un Romand prendra la tête des CFF

10.12.2019 - 17:01, ATS

Les CFF seront dirigés par un Romand. Le Fribourgeois Vincent Ducrot, 57 ans, succédera en avril prochain à Andreas Meyer. L'actuel directeur général des Transports publics fribourgeois (TPF) a promis de soigner le dialogue avec la clientèle et les collaborateurs.

L'actuel CEO de l'ex-régie fédérale avait annoncé le 4 septembre dernier qu'il quitterait ses fonctions en 2020. En place depuis juin 2006, il partira à la fin mars et M. Ducrot entrera en fonction le 1er avril 2020. Il sera le premier Romand depuis près de 50 ans à la tête des CFF, la plus grande entreprise de transports en Suisse, employant environ 32'300 collaborateurs.

«Je suis très heureux et très fier de pouvoir diriger une compagnie incroyable. C'est un moment fort pour moi», a déclaré avec émotion le futur nouveau patron devant les médias, au siège principal de l'entreprise à Berne. Il a affirmé qu'il serait très orienté vers la clientèle, les collaborateurs et l'innovation.

Qualité, sécurité, ponctualité et propreté

Vincent Ducrot a plusieurs fois rappelé qu'il était un cheminot dans l'âme et dans le coeur. Il a aussi beaucoup insisté sur un retour aux valeurs de base des CFF: «La qualité, la sécurité, la ponctualité et la propreté sont prioritaires pour moi», a-t-il dit.

«Le CEO est une parmi de nombreuses personnes qui font fonctionner l'entreprise (...) Mais ce sont les gens de la base qui font sa musique et je mettrai donc toute mon énergie à les écouter», a-t-il insisté, ajoutant vouloir accorder «une très grande importance au dialogue avec les membres du personnel, la clientèle, les commanditaires et les partenaires sociaux».

«Je suis aussi quelqu'un d'impatient, j'aime amener des idées et faire bouger les choses», a-t-il encore admis. Répondant à des journalistes, il a expliqué «ne pas craindre la pression mais la respecter» et y être habitué. M. Ducrot dit en outre bien connaître le système, tant des transports que du service public.

«Je suis fan d'innovation et j'amènerai des surprises», a-t-il averti. Il a en outre aussi plusieurs fois affirmé que malgré son âge il n'était pas un «CEO de transition». Il a souligné que sa tâche serait aussi de «préparer les talents du futur des CFF».

L'expérience qu'il faut

De son côté, la présidente du conseil d'administration des CFF Monika Ribar a défendu le choix de M. Ducrot. La bonne personne, avec l'expérience qu'il faut, au bon endroit et au bon moment, a-t-elle dit en substance. Il «connaît le chemin de fer intégré à fond et dispose d'un très bon réseau dans le domaine des transports publics, dans le monde politique et auprès des partenaires sociaux».

«En ces temps de forte croissance du trafic et de chantiers en nombre, l'enjeu pour les CFF est de stabiliser et d'améliorer l'activité de base, mais aussi d'aborder les développements à venir avec soin. M. Ducrot est la personne idéale pour relever les défis à venir», a-t-elle insisté.

Elle a aussi expliqué qu'il y avait eu beaucoup de candidatures internes et externes au départ, dont des femmes, pour finalement arriver à une ultime «liste courte» de quatre personnes, sans donner plus de détails.

Bien connu des CFF

Vincent Ducrot est donc tout sauf un inconnu dans le monde des transports. Avant de devenir le patron des Transports publics fribourgeois (TPF) en juillet 2011, il occupait depuis 1999 le poste de directeur Grandes lignes (Passenger Traffic) au CFF.

Ingénieur électricien diplômé de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), il est entré aux CFF en 1993. Responsable de la conduite de nombreux projets, il a notamment été la cheville ouvrière du concept de transport public dans le cadre de l'exposition nationale Expo.02 (1700 trains supplémentaires pour les quelque 3,5 millions de visiteurs).

Depuis 2017, le Fribourgeois, veuf et père de six enfants, est également vice-président de l'Union des transports publics (UTP).

Retour à la page d'accueil

Plus d'articles