Biden rencontre des sinistrés des incendies dans le Colorado

ATS

8.1.2022 - 05:10

Le président américain Joe Biden est allé vendredi à la rencontre de sinistrés dans l'Etat du Colorado, une semaine après de violents incendies qui y ont détruit près d'un millier de maisons.

Joe Biden, accompagné de sa femme Jill, s'est rendu dans la ville de Louisville, réduite en cendres le 30 décembre.
ATS

ATS

8.1.2022 - 05:10

Le démocrate de 79 ans, qui affiche souvent son empathie, a échangé paroles et gestes d'affection avec des familles et des pompiers à Louisville, réduite à l'état de cendres par le Marshall Fire, le 30 décembre.

«Nous avons tout perdu», a confié un homme à Joe Biden et son épouse Jill Biden. «Je ne suis même pas habillé correctement parce que c'est tout ce qui me reste», a poursuivi cet homme en montrant son short, alors que la neige a partiellement recouvert les décombres du quartier. «On a clairement besoin d'aide», a renchéri le fils de l'habitant, qui portait lui aussi un short.

Joe Biden a longuement tenu la main du père, avant de serrer celles d'une dizaine de pompiers. Une femme a quant à elle demandé à Jill Biden si elle pouvait la prendre dans ses bras, avant de s'exécuter.

«Alerte rouge»

Le président américain a ensuite rallié un centre de loisirs où il a confié qu'il n'y avait, selon lui, «rien de plus terrifiant» qu'un incendie. «Je ne peux pas imaginer ce que c'est que d'être dans ce quartier et de voir des vents souffler jusqu'à 160 km/h et les flammes s'approcher», a-t-il dit, après une saison des incendies particulièrement destructrice aux Etats-Unis.

«La situation est un signal d'alerte rouge pour notre nation», a-t-il déclaré, en référence aux vents inhabituellement violents et à l'arrivée tardive de la neige qui, combinés, ont créé les conditions d'une «poudrière».

Aux familles qui lui ont selon lui demandé «Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait», il a répondu: «Eh bien, on se réconforte les uns les autres. (...) Voilà ce qu'il faut faire, trouver une raison d'être dans ce qu'on a enduré.»

ATS