Coronavirus

Enfants plus infectés lors de réunions familiales qu'à l'école

Relax

4.1.2021 - 19:27

Les enfants auraient moins de risque de contracter le Covid-19 à l'école que lors de rassemblements familiaux.
StefaNikolic / Getty Images

Que les parents se rassurent, l'école ne serait pas le principal lieu de contamination au Covid-19 pour les enfants et adolescents, bien au contraire. C'est ce que révèle une étude américaine, qui précise que les enfants ont plus de risque d'être infectés par un membre de la famille que par leurs copains dans une salle de classe.

Menée par des chercheurs de l'University of Mississippi Medical Center, en collaboration avec les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), cette étude se base sur des questionnaires administrés à près de 400 parents et sur une liste d'enfants âgés de moins de 18 ans ayant réalisé un test de dépistage entre septembre et novembre 2020.

Dans un premier temps, l'étude démontre que les efforts continus réalisés dans les écoles et les programmes de garde d'enfants pour prévenir la transmission du Covid-19 semblent porter leurs fruits, puisque les établissements scolaires n'apparaissent pas comme la principale source d'infection. Une nouvelle qui devrait rassurer grand nombre de parents alors que les écoles ont rouvert leurs portes depuis plusieurs mois dans certains pays, quand d'autres s'apprêtent à le faire de façon progressive.

Plusieurs raisons pourraient expliquer ce constat. Non seulement les enfants seraient plus susceptibles de contracter le virus par des membres de leur famille qui n'appliqueraient pas les gestes barrière – contrairement à l'école – mais cela pourrait également être lié aux faibles taux d'infection chez les enfants induisant un risque moindre de contamination dans les établissements scolaires.

Dans le détail, l'étude révèle que les enfants et les adolescents ayant été testés positifs au SARS-CoV-2 étaient plus susceptibles d'avoir assisté à des réunions de famille et d'avoir accueilli des personnes chez eux, et étaient moins nombreux à déclarer que leurs parents portaient des masques. Dans le même esprit, les enfants scolarisés dont le test s'est révélé positif ont généralement fait savoir que leurs camarades et le personnel des établissements scolaires ne respectaient pas systématiquement le port du masque et les autres gestes barrière.

Finalement les enfants ayant été testés positifs étaient plus susceptibles d'avoir assisté à un rassemblement tel qu'un mariage, une fête, un goûter entre enfants, voire même des funérailles. Si cette étude présente des limites, comme le nombre de participants et la zone géographique restreints, elle montre que les gestes barrière, où qu'ils soient appliqués, restent indispensables pour limiter la propagation du virus.

Retour à la page d'accueil

Relax