Étrange Royaume-Uni, théâtre de folies 

6.12.2018 - 11:29, tsch

Ils délirent, les Britanniques? Si l’on regarde les photos de Chris Porsz, on ne peut qu’acquiescer...
Photo: Dukas
Ce photographe amateur a parcouru le Royaume-Uni pendant huit ans pour documenter le quotidien de ses compatriotes. C’est le genèse du livre de photographies «Streets of Britain».
Photo: Dukas
Cette série de photos montre des moments plutôt inhabituels, comme ici à Newcastle. Ou peut-être est-ce tout simplement la normale?
Photo: Dukas
En effet, il semble que les événements se déroulant sur cette île sont frappés du sceau de l’étrange. Scènes de rue à Newcastle.
Photo: Dukas
Les Britanniques semblent aimer se déguiser...
Photo: Dukas
... et paraissent avoir des hobbies assez particuliers, comme ce monsieur à Blackpool.
Photo: Dukas
Il y a toutefois des choses sur lesquelles on peut toujours compter: comme apprendre à composer avec l’omniprésence de la pluie, comme ici à Brighton.
Photo: Dukas
Une image tout aussi récurrente: l’insoutenable légèreté des rixes britanniques, ici à Belfast.
Photo: Dukas
Mais le Royaume-Uni fait également figure de pays bigarré, sauvage et cosmopolite.
Photo: Dukas
Naturellement, le Brexit va également causer quelques menus problèmes...
Photo: Dukas
... mais on ne se laisse pas abattre.
Photo: Dukas

Au Royaume-Uni, il arrive que l’étrange se produise. Un livre de photographies formidable documente remarquablement ce versant de cette nation.

Huit ans durant, le photographe amateur Chris Porsz a saisi le quotidien frénétique, bigarré et parfois complètement dingue des Britanniques. Pour ce faire, le sexagénaire a voyagé dans 25 villes différentes du royaume, où il s’est montré fin observateur. C’est de ce périple qu’est né le livre de photographies «Streets Of Britain».

«J’ai marché d’innombrables kilomètres au fil des années. Parfois, je n’avais même pas conscience de ce que je cherchais», nous confie Porsz. «C’est seulement en voyant le phénomène que je savais qu’il fallait prendre la photo. Le plus souvent, il s’agissait de quelque chose de surréel, d’étrange ou parfois de quelqu’un d’excentrique.» En revanche, le photographe est tout à fait conscient de son objectif: «Éclairer les visages d’un sourire!»

Voici les meilleures photos de l'année 2017

La vie derrière le rideau de fer

Retour à la page d'accueil

Plus d'articles