France voisine

Géothermie à Strasbourg: l'arrêt définitif des travaux annulé

ATS

24.3.2022 - 18:16

La société Fonroche Géothermie prévoyait d'installer une centrale géothermique à Vendenheim, au nord de Strasbourg.
ATS

Le tribunal administratif de Strasbourg a annulé jeudi plusieurs décisions de la préfète du Bas-Rhin qui imposaient, suite à plusieurs séismes, un arrêt définitif des projets de géothermie menés dans l'agglomération.

ATS

24.3.2022 - 18:16

En décembre 2020, la préfète Josiane Chevalier avait pris deux arrêtés ordonnant l'arrêt définitif des travaux menés par la société Fonroche Géothermie visant à installer une centrale géothermique à Vendenheim, au nord de Strasbourg. Cette décision faisait suite à une série de tremblements de terre induits (provoqués par l'activité humaine), enregistrés en quelques semaines dans le périmètre de la centrale géothermique, et d'une magnitude allant jusqu'à 3,5.

L'entreprise contestait ces arrêtés. Elle a obtenu gain de cause: selon le tribunal administratif, la société Fonroche «avait pris les mesures nécessaires dès la survenue du séisme du 4 décembre 2020» (de magnitude 3,5), en suspendant ses opérations. Et la préfète «n'a pas respecté la procédure applicable» en ordonnant l'arrêt définitif des travaux.

La préfecture a annoncé qu'elle étudiait «la possibilité de faire appel». Si le caractère définitif de l'arrêt des travaux est annulé, ceux-ci restent néanmoins suspendus pour permettre la réalisation d'analyses par un comité d'experts, qui tente de faire la lumière sur la cause exacte des séismes survenus depuis 2019.

Rapport d'expert retardé

Sollicitée, l'entreprise Fonroche a indiqué à l'AFP que sa priorité restait le traitement des 3900 demandes d'indemnisation des dégâts provoqués par les séismes. «La deuxième priorité est que le travail scientifique de compréhension des évènements sismiques aille à son terme», a déclaré son directeur Jean-Philippe Soulé.

Le rapport du comité d'experts, commandé par la préfecture et initialement annoncé pour le mois de mars, a «pris du retard». Sa date de publication n'a pas été précisée.

Fonroche assure que les séismes ressentis en 2020 ne sont que la conséquence des tests qu'elle avait été mandatée de faire pour déterminer les causes d'un premier tremblement de terre enregistré en novembre 2019, de magnitude 3,9 et dont l'origine demeure incertaine.

Selon l'entreprise, le séisme de 2019 était d'origine naturelle et les tests pour en déterminer ses causes ont provoqué les suivants.

ATS