Iran: le rapporteur suisse de l'ONU veut qu'un cinéaste soit libéré

sn, ats

4.5.2021 - 17:34

Le rapporteur spécial de l'ONU contre la torture Nils Melzer estime que le cinéaste iranien Mohammad Nourizad est victime d'actes qui peuvent équivaloir à de la torture (archives).
ATS

Le rapporteur spécial de l'ONU contre la torture, le Zurichois Nils Melzer, exige la «libération immédiate» du cinéaste iranien Mohammad Nourizad. La détention d'un individu dont la santé s'est détériorée peut équivaloir à de la torture, a-t-il dit mardi à Genève.

sn, ats

4.5.2021 - 17:34

«Nous sommes gravement préoccupés», affirment M. Melzer et cinq de ses collègues experts indépendants de l'ONU. Ils ciblent le maintien en détention du cinéaste contre l'avis de plusieurs médecins et le refus de soins adaptés.

«Son cas est emblématique de la situation à laquelle de nombreux activistes politiques iraniens sont confrontés», ajoutent-ils, en appelant à une «libération immédiate». M. Nourizad a été condamné en février 2020 pour plusieurs charges après la publication d'une lettre ouverte, avec d'autres militants, demandant la démission de l'ayatollah Ali Khamenei et des changements dans la Constitution.

Il a mené plusieurs grèves de la faim, dont la dernière en mars, et a refusé de prendre des médicaments pour protester contre son emprisonnement et l'attitude des autorités envers sa famille. Il s'est également auto-mutilé.

Il y a deux semaines, le cinéaste a été acheminé dans un hôpital de Téhéran où il s'est vu administrer des substances sans consentement. Malgré des demandes d'investigations sur ces injections, aucune indication ne lui a été donnée.

«Mohammad Nourizad n'est pas en état médical de rester en détention», affirment de leur côté les experts, qui ne s'expriment pas au nom de l'ONU. Ils rappellent aux autorités que l'emprisonnement d'individus qui utilisent leurs libertés fondamentales constitue une violation du droit international.