King Kong et Trump: les voyants se sont ridiculisés en 2020

dpa

18.12.2020

Une voyante regarde dans une boule de cristal: avec le recul, il s’avère parfois que les membres de sa corporation ont besoin de lunettes.
Une voyante regarde dans une boule de cristal: avec le recul, il s’avère parfois que les membres de sa corporation ont besoin de lunettes.
Keystone

Année après année, les voyants prédisent des apocalypses, des scénarios catastrophes, le bonheur en amour ou des déboires relationnels – mais dans la plupart des cas, cela se révèle faux.

Le président américain Donald Trump remporte les élections – avant une apocalypse. Un singe géant à la carrure de King Kong est découvert sur une île déserte. Un robot braque une banque et des manchots harcèlent les habitants d’une ville.

Tout cela figurait sur la liste des prévisions des voyants pour 2020, au même titre que des éruptions volcaniques, des feux de forêt ou des tremblements de terre – ainsi que les vainqueurs des Jeux olympiques. La compétition n’a toutefois pas eu lieu cette année, la pandémie mondiale de coronavirus ayant empêché la tenue de nombreux événements sportifs.

Cependant, selon la Société pour l’examen scientifique des parasciences (GWUP) de Rossdorf, dans le sud de la Hesse (Allemagne), les effets du virus omniprésent en 2020 ne se reflètent pas dans les prophéties.

Lucerne en avril 2020: personne n’avait prévu la pandémie et les mesures de confinement.
Lucerne en avril 2020: personne n’avait prévu la pandémie et les mesures de confinement.
Keystone

«Si les représentants de la corporation avaient mentionné des mots-clés tels que le confinement ou le port obligatoire du masque dans leurs prévisions au début de l’année, on se serait moqué d’eux au départ, mais dès le printemps, ils auraient pu signaler fièrement leurs prédictions exactes», indique la GWUP, qui ajoute que comme chaque année, les médiums, astrologues et voyants se sont ridiculisés de long en large.

Michael Kunkel, mathématicien à Mayence, précise que certains protagonistes du secteur ont tenté de lire leurs interprétations comme des signes annonciateurs du coronavirus. En janvier, par exemple, une voyante a prédit un «événement grave». «S’il faut disserter après coup pour expliquer une prédiction prétendument exacte, c’est que la prédiction n’était peut-être pas excellente.»

Une «année des extrêmes»

Une critique que l’Association allemande des astrologues établie à Heidelberg ne laisse pas passer. Son président, Klemens Ludwig, pointe du doigt une «année des extrêmes» marquée par «des mesures et des restrictions extrêmes».

Selon lui, la pandémie n’a pas été explicitement abordée, pour ainsi dire. «Pluton était extrêmement connectée aux autres planètes, soutient Klemens Ludwig. Ce que nous voyons dans le ciel, tout le monde le voit, mais les gens n’en tirent pas de conclusions.» Pluton était assez proche de Saturne, Jupiter et Mars, précise-t-il. «Cela ne présage pas forcément beaucoup de choses positives.»

Voici la coupable: Pluton est en quelque sorte responsable de tout.
Keystone

Klemens Ludwig estime que la pandémie a connu son pic mondial en novembre dernier. «Nous ne reverrons pas l’an prochain le drame connu cette année. Nous pouvons envisager l’année prochaine avec plus d’optimisme.»

2021: tradition contre nouveauté

En 2021, l’heure sera à un conflit d’envergure entre tradition et nouveauté. «Il sera question de savoir où la nouveauté fait sens et à quoi il faut s’accrocher», explique-t-il en se référant par exemple au télétravail et à l’enseignement numérique.

Le mathématicien Michael Kunkel préfère cependant les prédictions bizarres, les jugeant plus divertissantes. Par exemple, le singe géant n’est pas apparu cette année, tout comme l’année dernière. Jusqu’à présent, ni le braquage d’une banque par un robot, ni l’invasion d’une ville par des manchots vicieux ne se sont produits. Dans la presse populaire, on retrouve de nombreuses prédictions en matière d’amour, de santé, de carrière ou encore de naissances royales.

Les naissances royales en 2020? Les prédictions de la boule de cristal ont été mal interprétées.
Les naissances royales en 2020? Les prédictions de la boule de cristal ont été mal interprétées.
Keystone

Selon la GWUP, bien plus de 100 textes de prévisions provenant de livres, d’almanachs astrologiques, de sites web, de vidéos, de blogs ou de la presse ont été évalués en 2020. Certains producteurs de prévisions publient des centaines de prédictions sur le web. L’évaluation prend les prédictions au pied de la lettre – dans la mesure du possible – et tient compte de la probabilité d’un événement. «Une véritable prédiction doit être clairement formulée, elle doit donc contenir ce qui doit se passer, quand et où.» Ce qui est plutôt rare, précise l’organisation.

Des prédictions exactes du côté de la bourse

«À ma connaissance, personne n’a prédit que [Donald] Trump contesterait les résultats des élections devant les tribunaux dans de nombreux Etats», affirme Michael Kunkel. En revanche, il n’y a pas eu d’apocalypse après la victoire électorale de Trump, ni même de victoire tout court. Et contrairement à ce qu’avançaient d’autres prédictions, Joe Biden s’est bel et bien présenté.

Un voyant a visé juste avec ses prédictions pour le DAX. On ne nous dit pas si ce pronostic exact lui a rapporté de l’argent.
Un voyant a visé juste avec ses prédictions pour le DAX. On ne nous dit pas si ce pronostic exact lui a rapporté de l’argent.
Keystone

L’astrologue Klemens Ludwig a prédit une foire d’empoigne à l’approche des élections de novembre. En septembre, l’astrologue a pronostiqué une victoire du camp démocrate. La situation deviendrait ensuite «incroyablement immonde» et tout cela ne prendrait pas fin avant un certain temps, a-t-il affirmé dans une vidéo postée sur YouTube. «Au final, ce sera même la fin pour [Donald] Trump.»

Michael Kunkel a également des louanges à adresser à Klemens Ludwig. Malgré toutes les prédictions erronées des autres, ce dernier a visé juste dans un certain domaine en 2020. Klemens Ludwig voyait le DAX – l’indice boursier allemand – glisser sous la barre des 8500 points. «Même si cela n’a duré que quelques jours et même si l’analyse astrologique portait sur des tendances à long terme, le DAX est passé sous les 8500 points et la prédiction était donc correcte.» Au cours de la pandémie de coronavirus, l’indice boursier a chuté à 8441,71 points en mars.

Retour à la page d'accueil