Guerre froide

La recherche du Titanic a servi de couverture à une mission secrète

jfk

4.1.2019

73 ans après son naufrage dans l’Atlantique Nord, l’épave du «Titanic» a été localisée. Mais l’objectif principal de la mission de recherche était de dissimuler une opération top secrète. Entre-temps, le secret d’État américain a été levé.

La découverte a fait le tour du monde: en 1985, l’archéologue spécialiste des fonds marins localise l’épave du «RMS Titanic» qui a sombré au fond de l’océan le 15 avril 1912 après une collision avec un iceberg. Mais selon la CNN, la recherche du légendaire paquebot de croisière aurait surtout servi à retrouver les deux sous-marins nucléaires «USS Thresher» et «USS Scorpion», disparus dans les années 60.

Robert Ballard manque d'argent

L’action cache un ingénieux marchandage. Né en 1942, Ballard ne rassemble pas suffisamment d’argent pour retrouver les vestiges du «Titanic» avec le robot sous-marin télécommandé «Argo» qu’il a lui-même mis au point. Il se tourne vers l’armée américaine, qui ne s’intéresse pratiquement pas à son projet. Mais le robot de plongée de Ballard et son expérience pourraient certainement apporter quelque chose à l’US Navy.

Outre le «Titanic», Robert Ballard (ici sur une photo datant de 2002) a également localisé le cuirassé allemand «Bismarck» et le porte-avions américain «USS Yorktown».
Bild: Keystone/AP Photo/Steven Senne

L’«USS Thresher» a coulé en 1961 au large des côtes du Massachusetts lors d’une série de tests de plongée profonde, alors que l’«USS Scorpion» a disparu sans laisser de traces en 1969 à 400 milles marins au sud-ouest des Açores. L’US Navy aimerait en savoir plus sur les causes de ces naufrages et surtout, sur l’état des réacteurs nucléaires à bord - sans que l’Union soviétique, l’ennemi juré pendant la guerre froide, en ait vent.

Les réacteurs sont toujours étanches

Ballard reçoit donc des fonds à condition d’inspecter en premier lieu les sous-marins nucléaires coulés. Marché conclu pour le chercheur, qui retrouve les épaves et collecte des données. Les deux réacteurs sont encore étanches, aucune radioactivité n’est détectée. Il ne lui reste que douze jours pour trouver le «Titanic». Mais il a déjà acquis une certaine expérience lors de sa mission secrète, ce qui l’aide à localiser l’épave: l’océanographe a appris à interpréter correctement la piste des vestiges.

Avec l’équipe de l’ingénieur Jean-Louis Michel, Ballard découvre enfin l’épave scindée en deux du «Titanic» le 1er septembre 1985, quatre jours avant le terme de la mission, à environ 21 kilomètres au sud-est de la position indiquée lors de l’appel d’urgence, à 3 803 mètres de profondeur. En août 1986, Ballard a finalement pu faire la première plongée habitée sur le Titanic avec son sous-marin de recherche «Alvin», grâce en partie au succès financier que lui a apporté la collaboration secrète avec l’US Navy.

C’est avec ce système radar que l’Union soviétique espionnait le monde entier

Le Titanic est en train de disparaître

Retour à la page d'accueil