L'Irlande se réveille

La Saint-Patrick est de retour après deux ans de pandémie

ATS

17.3.2022 - 16:32

Après deux éditions annulées en raison du coronavirus, les festivités de la Saint-Patrick sont de retour jeudi en Irlande. Les organisateurs espèrent que les célébrations marquent la renaissance du pays après la pandémie.

Revellers pose for a photo, ahead of the St Patrick's Day Parade, in Dublin, Thursday March 17, 2022. St Patrick's Day celebrations have returned in full with crowds expected on the streets of Dublin after COVID-19 put a pause on celebrations for the last two years. (Brian Lawless/PA via AP)
Des fêtards posent pour une photo, avant la parade de la Saint Patrick, à Dublin, jeudi 17 mars 2022.
KEYSTONE

ATS

17.3.2022 - 16:32

Les parades de fanfares et de danseurs en l'honneur du saint patron de l'Irlande, pays à forte tradition catholique, avaient été parmi les premières à être annulées en 2020, quand le monde mettait en place restrictions et confinements pour tenter de ralentir la propagation du virus.

Deux ans plus tard et les dernières mesures sanitaires en vigueur tout juste levées, ce sont des centaines de milliers de visiteurs internationaux qui sont attendus en Irlande pour prendre part aux festivités.

Un boa à plumes vert, orange et blanc

Parmi eux, Donna Smith, 60 ans, porte un boa à plumes vert, orange et blanc et un chapeau melon vert. «Tout le monde veut venir à Dublin pour la Saint-Patrick. C'est comme la Mecque», a dit à l'AFP cette Américaine originaire du Tennessee. Elle compare aussi le défilé de la Saint-Patrick au Mardi Gras à la Nouvelle Orléans avec «des gens qui se lâchent» et qui «s'amusent beaucoup».

Pour marquer le coup, les organisateurs ont promis que la traditionnelle parade à Dublin serait la plus grande et la meilleure jamais vue.

Pour la diplomatie irlandaise, «le message clé de la fête de la Saint-Patrick cette année est la réouverture de l'Irlande».

Des ministres et des diplomates se sont rendus en Europe et dans le reste du monde, du Chili au Japon, pour renouer des liens avec la diaspora irlandaise.

Mais le Covid-19 a rattrapé le Premier ministre irlandais Micheal Martin, testé positif mercredi soir à Washington, à la veille d'une rencontre prévue avec le président américain Joe Biden afin de célébrer la Saint Patrick.

Organisation intense

Jusqu'au dernier moment, l'ombre de nouvelles restrictions sanitaires a plané sur les célébrations, qui mettent en temps normal un an et demi à être organisées.

Si certains préparatifs avaient été anticipés, le gouvernement n'a confirmé qu'en janvier que le défilé pourrait bel et bien avoir lieu, déclenchant un branle-bas de combat.

«Cela a été une des périodes d'organisation les plus intenses que ce festival ait jamais connue», a déclaré la directrice par intérim du festival, Anna McGowan.

Jusqu'à 400'000 personnes étaient attendues jeudi pour assister à la parade, qui verra défiler quelque 3000 participants.

Si l'itinéraire du défilé est habituellement recouvert de vert, la couleur de la Saint-Patrick, la municipalité de Dublin a accroché cette année sur les lampadaires des bannières jaunes et bleues, en référence à l'Ukraine.

Sur les ponts traversant la capitale irlandaise, des drapeaux ukrainiens remplacent par endroits ceux de l'Irlande, tandis que les participants ont été invités à apporter des objets montrant leur solidarité envers le pays envahi par la Russie.

Bière à flots

Partout dans la capitale irlandaise, les commerçants anticipent ce qui devrait être «la plus grande Saint-Patrick depuis un moment».

«Dès que les portes ouvrent, c'est juste une marée de festivaliers et une atmosphère géniale», raconte Andrew Roche, qui travaille dans un pub dublinois.

«Il n'y a pas un moment sans qu'il y ait cinq tireuses à bières en fonctionnement et il y a constamment de la bière qui coule et de l'argent qui entre» dans les caisses, explique M. Roche.

Quelque 800'000 personnes doivent rejoindre l'Irlande pour les douze jours de la Saint-Patrick, cette année entre le 12 et le 24 mars, selon l'aéroport de Dublin.

Chapeau tricolore

Nsiidwa Nunu Kambauwa, 29 ans, coiffée d'un chapeau tricolore irlandais, est venue assister au défilé avec sa soeur et son neveu de cinq ans, le drapeau irlandais peint sur leurs joues. «Cela fait dix ans que je vis ici et je ne suis jamais allée voir le défilé car je travaille toujours mais aujourd'hui, j'ai décidé de venir», a-t-elle expliqué, se disant «surexcitée».

Kenneth Will, directeur d'une fanfare dans l'Ohio, est venu des Etats-Unis avec ses 130 étudiants pour défiler lors de la grande parade.

«Venir jouer ici devant des milliers de personnes à Dublin, c'est vraiment quelque chose de spécial pour le groupe», a-t-il affirmé, soulignant «l'omniprésence» de la culture irlandaise aux Etats-Unis.

ATS