Avalanches

Le bulletin d'avalanches fête ses 75 ans

clsi, ats

21.12.2020 - 18:47

Un panneau indique aux pietons l'interdiction de marcher sur un chemin suite au danger d'avalanches ce lundi 14 janvier 2019 a Wengen dans les Alpes bernoises. Apres les importantes chutes de neige du week-end, le danger d'avalanches est de niveau 4 sur 5 dans la majeure partie des Alpes, selon le dernier bulletin de l'Institut pour l'etude de la neige et des avalanches (SLF). (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
Image d'illustration
Source: KEYSTONE/Jean-Christophe Bott

Le 21 décembre, le bulletin d'avalanches fêtera ses 75 ans d'existence. A l'époque, ce sont les milliers de soldats morts ensevelis sous les avalanches durant les guerres mondiales qui motivent la création d'un système de prévision d'avalanches en Suisse, indique le SLF sur son site Internet.

Dans un premier temps, c'est l'armée qui se charge de prévenir la population des éventuels risques d'avalanches. En 1940, celle-ci contribue à la mise en place d'un premier service de prévision d’avalanches avec des stations d’observation réparties en Suisse. Pour

Le bulletin devient officiellement un service civil en 1945, avec la reprise par l'Institut pour l'étude de la neige et des avalanches (SLF) basé à Davos.

Le service de prévision devient rapidement très utile à la population avec l'expansion du tourisme hivernal dans les années 1950. A l'époque, un bulletin par semaine est publié dans la presse et à la radio.

Au fil des années, les effectifs augmentent et la cadence de publication avec. Jusqu'à la fin des années 1990, le SLF a publié en moyenne un bulletin d'avalanches deux à trois fois par semaine, indique l'institut. Aujourd'hui, il sort un bulletin deux fois par jour. Celui-ci couvre toutes les régions concernées en Suisse et est consultable dans les quatre langues nationales.

Une seule coulée mortelle

En avril 2020, le SLF a enregistré le plus faible nombre de morts dû aux avalanches depuis 60 ans. L'hiver dernier, sept personnes ont été tuées dans une coulée. Sur les vingt dernières années, la moyenne tournait autour de 22 victimes, avait indiqué l'institut dans un communiqué. Les conditions favorables qui ont permis la constitution d'un bon manteau neigeux en janvier dernier expliqueraient ce faible nombre de morts.

Le SLF dénombre 1810 morts en montagne depuis la saison 1945-46 jusqu'à nos jours. Les données du début de la saison actuelle ne sont pas incluses dans ce chiffre, précise l'institut. La saison la plus meurtrière a été celle de 1950-51 avec 99 décès. A contrario, celle de 1948-49 a été la plus calme avec un mort.

Le SLF appartient à l'institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL). Outre le bulletin d'avalanches, il se consacre à la recherche concernant l'évolution du climat et l'environnement.

Retour à la page d'accueil

clsi, ats