Le jeu vidéo Fortnite est désormais inaccessible en Chine

AFP

15.11.2021 - 08:43

AFP

15.11.2021 - 08:43

Le jeu phénomène Fortnite, qui réunit en ligne des millions d'adeptes à travers le monde, n'est plus accessible en Chine, ont confirmé lundi des joueurs après l'échéance fixée par son éditeur américain.

Des jeunes jouent avec le jeu video Fortnite Battle Royale sur scene lors du 4eme Numerik Games festival ce dimanche 1 septembre 2019 a Yverdon-les-bains. Cet evenement grand public consacre aux differentes facettes de la culture digitale se deroule sur le site de Y-Parc. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)
Le jeu Fortnite n'est plus accessible en Chine, ont confirmé le 15 novembre 2021 des joueurs après l'échéance fixée par son éditeur
KEYSTONE

Epic Games avait annoncé au début du mois qu'il allait stopper la version de Fortnite spécifique pour la Chine, où les contenus violents, obscènes ou sensibles politiquement sont strictement encadrés.

Fortnite est l'un des jeux les plus populaires au monde, avec à son actif plus de 350 millions d'utilisateurs, soit plus que la population des Etats-Unis.

Cette décision intervient sur fond de durcissement réglementaire en Chine visant le secteur du numérique.

Celui des jeux vidéo, qui représentent en Chine une importante manne financière mais sont décriés pour leur côté addictif chez les jeunes, n'a pas été épargné. 

En août, les autorités ont imposé une limite drastique de trois heures de jeu vidéo par semaine aux moins de 18 ans, alors que certains pouvaient passer des journées collés à leur écran.

Fortnite, dont le téléchargement est gratuit, génère des milliards de revenus avec l'achat par les joueurs d'éléments additionnels pour leurs personnages, notamment des tenues.

Le jeu est ainsi rapidement devenu un phénomène mondial, au point que certaines parties sont désormais suivies en direct par des millions de spectateurs. 

Fort de cette audience, Fortnite s'ouvre ces derniers mois à des collaborations avec des célébrités qui apparaissent ponctuellement dans le jeu sous forme d'avatars.

AFP