Omicron et tempête hivernale désorganisent le transport aérien

clsi

3.1.2022 - 07:23

Prendre un avion relevait dimanche du parcours du combattant aux Etats-Unis. En plein retour des vacances de Noël et avec déjà plus de 2600 vols annulés à la mi-journée, la météo s'est ajoutée aux perturbations liées au variant Omicron.

Les voyageurs s'enregistrent au comptoir de Southwest Airlines à l'aéroport international de Pittsburgh à Imperial, en Pennsylvanie, le lundi 27 décembre 2021.
À 22h00 locales dimanche, plus de 2650 vols intérieurs ou internationaux au départ ou à destination des Etats-Unis avaient été annulés, soit presque autant que les 2750 vols annulés samedi.
KEYSTONE

clsi

3.1.2022 - 07:23

La situation devrait rester compliquée lundi, pour la première journée ouvrée de 2022, avec plus de 2000 vols d'ores et déjà annulés dans un pays traversé depuis samedi par la tempête hivernale Frida.

À 22h00 locales dimanche (04h00 en Suisse lundi), plus de 2650 vols intérieurs ou internationaux au départ ou à destination des Etats-Unis avaient été annulés, soit presque autant que les 2750 vols annulés samedi, selon le site FlightAware. Cela représente plus de la moitié des près de 4400 vols annulés au niveau mondial à la même heure. Près de 8600 vols américains étaient retardés.

Southwest Airlines, l'une des compagnies les plus touchées, a dû annuler quelque 400 vols dimanche matin, a indiqué un porte-parole dans un email à l'AFP. Il a ajouté qu'elle s'attendait à d'autres annulations.

Nick Kagy, un passager de Southwest, a vu son vol annulé. «Nous avons attendu près de trois heures pour changer de réservation car nous ne pouvions pas changer de réservation en ligne, et après avoir réglé (pas complètement) les choses, vous avez annulé notre deuxième vol vers un autre aéroport», déplore-t-il sur Twitter.

«C'est la 3e annulation. J'étais censée rentrer il y a 4 jours», a ainsi tweeté dimanche en fin de journée Hayley, une passagère de la même compagnie, au départ de Chicago (Illinois).

Manque de personnel

Vents violents, inondations et chutes de neige s'ajoutent en effet aux Etats-Unis aux perturbations qui touchent l'ensemble du secteur aérien dans le monde depuis une semaine. Le très contagieux variant Omicron empêche en effet de nombreux pilotes ou membres du personnel navigant ou au sol, malades ou cas contact, de venir travailler.

Ce manque de personnel contraint les compagnies à réduire leurs plans de vols. Le week-end dernier, juste après Noël, environ 7500 avions avaient été annulés à travers le monde.

Les aéroports de Chicago sont les plus touchés depuis samedi au niveau mondial. Environ la moitié des vols y ont été annulés dimanche, alors que la région a connu d'importantes chutes de neige. Mais la situation était également compliquée à Denver (Colorado), Newark (New Jersey), ou encore Détroit (Michigan).

Entre attente et confusion

Aux Etats-Unis, la tempête Frida va continuer sa route pour toucher la côte Est, apportant de la neige de Boston jusqu'au sud de la capitale fédérale Washington, et plus de 1400 vols prévus ne pourront pas être assurés.

Le manque de personnel va par ailleurs continuer à perturber le fonctionnement des aéroports, avec des bagages parfois très difficiles à récupérer, ou une longue attente au téléphone pour les passagers qui tentent de rejoindre leur destination.

Eric Crawford, par exemple, a déploré sur Twitter s'être vu notifier par la compagnie Delta Airline «une attente estimée de plus de 22 heures pour pouvoir avoir quelqu'un en ligne suite à l'annulation d'un vol».

Kowshick Boddu a lui expliqué sur le réseau social qu'il devait prendre un vol depuis Fairbanks (Alaska) vers San José (Californie) le 30 décembre avec Air Alaska, «mais notre vol a été décalé à aujourd'hui (dimanche), et finalement annulé de nouveau??? De longues heures au téléphone, pas de réponse, et des vols qui ne sont pas reprogrammés? Besoin d'aide!»

clsi