Tentative de meurtres dans une uni allemande

ATS

24.8.2021 - 12:36

ATS

24.8.2021 - 12:36

Le parquet de Darmstadt, en Allemagne, a ouvert une enquête pour «tentative de meurtres» par empoisonnement dans l'université de cette ville, ont annoncé les enquêteurs mardi. Une personne se trouve dans un état critique.

15.09.2018, Berlin: HANDOUT - Pjotr Wersilow, ein Mitglied der russischen Polit-Punk-Band Pussy Riot, kommt mit einem Ambulanzflug auf dem Flughafen Schönefeld an und wird von Sanitätern auf eine Tgare gelegt. Der möglicherweise vergiftete Wersilow wird nach Informationen der Deutschen Presse-Agentur in einem Berliner Krankenhaus ärztlich behandelt. (Sanitäter aus persönlichkeitsrechtlichen Gründen unkenntlich gemacht) Foto: -/Cinema for Peace Foundation/dpa - ACHTUNG: Nur zur redaktionellen Verwendung und nur mit vollständiger Nennung des vorstehenden Credits +++ dpa-Bildfunk +++ (KEYSTONE/DPA/-)
Les sept victimes ont été hospitalisées en milieu de journée lundi. L'état de santé d'un étudiant de 30 ans, entre la vie et la mort, demeurait «critique», a précisé la police lundi. Aucune autre information n'a depuis été livrée. (photo d'illustration).
KEYSTONE

Sept personnes ont été victimes dans cette université technique proche de Francfort d'une «attaque au poison» selon la Faculté de Darmstadt. Elles avaient consommé des aliments ou des boissons dans lesquels «une substance nocive» avait été introduite notamment dans des paquets de lait et des récipients d'eau «entre vendredi et lundi», selon un communiqué conjoint de la police et du parquet.

Elles ont été hospitalisées en milieu de journée lundi. L'état de santé d'un étudiant de 30 ans, entre la vie et la mort, demeurait «critique», a précisé la police lundi. Aucune autre information n'a depuis été livrée.

Sept personnes se sont retrouvées avec «de graves problèmes de santé pouvant aller jusqu'à des symptômes d'empoisonnement», a précisé la police dans un communiqué.

«Odeur âcre» particulière

Selon le quotidien Bild, ces victimes, des étudiants et des employés, ont toutes consommé des boissons d'un distributeur automatique et d'une cuisine de l'Institut des Sciences des matériaux de Darmstadt.

Elles se sont plaintes ensuite de se sentir mal et ont découvert que leurs bras et jambes prenaient une couleur bleuâtre. La substance exacte n'a pas pu être établie à ce stade, mais elle se caractérise par une «odeur âcre» particulière, selon les enquêteurs.

Dans la nuit de lundi à mardi, la police a fouillé tous les bâtiments du campus mais sans découverte majeure. «Il n'y a actuellement plus de danger aigu» sur le campus, a précisé la police.

Cellule spéciale

Des spécialistes de la police criminelle du Land de Hesse, dans lequel se trouve Darmstadt, disposent notamment de produits saisis par la police dont l'ingestion par les victimes a entrainé l'apparition de symptômes.

Une cellule de 40 enquêteurs a été mise en place pour tenter d'élucider ces empoisonnements mystérieux. Les policiers ont appelé toute personne se sentant mal ou présentant des symptômes comme «une coloration bleuâtre des extrémités» du corps à contacter immédiatement un médecin d'urgence.

Toutes les victimes avaient consommé des aliments ou des boissons dans un même bâtiment de l'université, a encore précisé la police qui s'était déployée en nombre lundi après-midi après la découverte des premiers cas.

«Nous sommes choqués par ce qui s'apparente à un crime qui s'est produit dans notre université», a déclaré la présidente de l'université, Tanja Brühl. La police et la direction de l'Université technique ont conseillé aux étudiants, professeurs et employés de ne plus consommer les aliments et boissons stockés dans les locaux du campus.

ATS