Trente soldats du régime tués dans une attaque djihadiste en Syrie

ATS

30.12.2020 - 19:55

epa05821190 A man looks for rubble to cover a manhole, rebel-held Douma, Syria, 28 February 2017. The rubble are for buildings hit by airstrikes on 25 February 2017. EPA/MOHAMMED BADRA
Image d'illustration 
KEYSTONE/EPA/MOHAMMED BADRA

Au moins 30 soldats du régime syrien ont été tués mercredi dans une attaque djihadiste contre le bus, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, imputant l'assaut au groupe Etat islamique (EI). Ils rentraient chez eux pour une permission.

De son côté, l'agence de presse officielle Sana a indiqué que «25 citoyens» avaient été tués et 13 autres blessés dans une «attaque terroriste» contre un bus dans la province de Deir Ezzor (est), selon un bandeau succinct publié sur son site Internet. «Il s'agit d'une des attaques les plus meurtrières depuis la chute du califat de l'EI», a précisé à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

L'attaque s'est déroulée dans la province de Deir Ezzor, près de la localité de Choula, selon M. Abdel Rahmane. Les djihadistes ont tendu «une embuscade» aux militaires, faisant exploser des bombes en bord de route avant d'ouvrir le feu, a précisé le directeur de l'Observatoire. Deux autres bus transportant des militaires, qui faisaient partie du même convoi, ont réussi à s'échapper, selon l'OSDH.

L'EI n'avait pas revendiqué dans l'immédiat cette attaque sur ces chaînes Telegram habituelles. Le directeur de l'Observatoire, qui dispose d'un vaste réseau de sources à travers le pays en guerre, a pointé du doigt les djihadistes. Après avoir autoproclamé en 2014 un «califat» à cheval sur la Syrie et l'Irak, l'EI a enchaîné les défaites dans les deux pays avant de voir son «califat» s'écrouler en mars 2019 en Syrie.

Depuis sa déroute, l'EI mène régulièrement des attaques meurtrières, notamment dans le vaste désert qui s'étend de la province centrale de Homs jusqu'à celle de Deir Ezzor, à la frontière avec l'Irak. Ces attaques ciblent aussi bien l'armée syrienne et ses alliées (notamment les milices iraniennes ou pro-Téhéran) que les forces kurdes, longtemps soutenues par Washington dans leur lutte anti-EI.

En avril, 27 combattants des forces du régime et de ses alliés avaient péri dans une attaque de l'EI aux abords de la ville désertique d'Al-Soukhna (centre), contrôlée par l'armée syrienne.

Retour à la page d'accueil

ATS