Un journaliste arrêté pour des informations sur le vaccin

ATS

26.12.2020 - 14:22

Un etudiant de l'EPFL se fait vacciner contre la rougeole par une infirmiere sur le campus de l' Ecole Polytechnique Federale de Lausanne, EPFL, ce lundi 23 mars 2009 a Ecublens, Vaud. L' epidemie de rougeole qui sevit en Suisse provoque une serie de mesures. Une campagne de vaccination est menee depiuis ce lundi a l' EPFL, et mardi et mercredi a l' Universite de Lausanne, UNIL. Le campus lausannois est un des foyers de l'epidemie vaudoise, qui a frappe 378 personnes en Suisse depuis le debut de l'annee 2009 . (KEYSTONE/Laurent Gillieron)
Image d'illustration
KEYSTONE/Laurent Gillieron

Un journaliste jordanien a été arrêté pour avoir publié sur son site d'information que le vaccin contre le nouveau coronavirus était arrivé dans le royaume et que des responsables avaient déjà été vaccinés, a-t-on appris samedi de source judiciaire.

«Le procureur auprès de la Cour de sûreté de l'Etat a ordonné l'arrestation jeudi du journaliste Jamal Haddad, éditeur du site d'information AlWakaai (ndlr: les événements, en arabe) pour avoir écrit que des responsables gouvernementaux avaient été vaccinés contre le Covid-19», a indiqué à l'AFP cette source qui a requis l'anonymat.

Le journaliste est accusé d'avoir «mis en danger la sécurité du pays, provoqué une sédition et des troubles à l'ordre public. Le parquet a décidé de le détenir pendant 15 jours en attendant son procès», selon la même source.

Mardi, ce site d'information a publié un article intitulé: «Et le peuple dans tout ça?», se demandant si le vaccin Pfizer était arrivé en secret alors que des hauts fonctionnaires du gouvernement jordanien ont été vaccinés, selon le journaliste.

Une source proche de la famille Haddad a déclaré samedi à l'AFP que le journaliste avait été transféré la veille à l'hôpital à la suite d'une hypertension artérielle.

Demande de libération

Dans un communiqué, le Conseil du syndicat des journalistes jordaniens a regretté l'arrestation de Haddad qui «nuit à l'image de la Jordanie» et exigé sa libération immédiate.

Le Conseil affirme également que la Cour de sûreté de l'Etat «n'est pas compétente pour juger des affaires liées à la liberté d'expression» et demande que cette affaire soit examinée par des tribunaux civils.

La Jordanie a enregistré plus de 285'000 cas de contaminations au Covid-19 et 3711 décès.

A la mi-décembre, le royaume a donné son feu vert au vaccin de l'alliance Pfizer/BioNTech, mais le secrétaire général du ministère jordanien de la Santé pour les affaires épidémiologiques, Waël Al Hayajneh, a déclaré mercredi qu'il s'attendait à ce que «le vaccin arrive dans le Royaume fin janvier ou début février».

Retour à la page d'accueil

ATS