«Choqué et blessé»

Un retraité non-vacciné porte plainte contre Macron

ATS

9.1.2022 - 08:27

Un retraité français a symboliquement déposé une plainte contre le président Emmanuel Macron après ses propos controversés sur les non-vaccinés contre le Covid-19 qu'il a dit vouloir «emmerder». Le retraité s'est déclaré «choqué et blessé» par ces déclarations.

Dès mercredi, le retraité a déposé une plainte pour ce qu'il appelle de la «diffamation et menaces publiques par personne ayant autorité». Il revendique une démarche «symbolique», qui n'a pas de chance d'aboutir, le président de la République étant couvert par son immunité présidentielle. (archives)
Dès mercredi, le retraité a déposé une plainte pour ce qu'il appelle de la «diffamation et menaces publiques par personne ayant autorité». Il revendique une démarche «symbolique», qui n'a pas de chance d'aboutir, le président de la République étant couvert par son immunité présidentielle. (archives)
KEYSTONE

ATS

9.1.2022 - 08:27

Des propos jugés «discriminatoires et insultants» par Didier Lalande, 63 ans, habitant de Rosiers-d'Egletons en Corrèze, dans le centre de la France.

Dès mercredi, il a déposé une plainte pour ce qu'il appelle de la «diffamation et menaces publiques par personne ayant autorité», a-t-il expliqué samedi à l'AFP, document en mains, confirmant une information du journal régional La Montagne.

Dans un entretien mardi, M. Macron avait déclaré : «les non-vaccinés, j'ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu'au bout. C'est ça, la stratégie».



Le retraité, non-vacciné contre le Covid-19, qui se dit «choqué et blessé» par cet entretien, revendique une démarche «symbolique», qui n'a pas de chance d'aboutir, le président de la République étant couvert par son immunité présidentielle.

«On m'impose des contraintes que je respecte» mais «je trouve cela insupportable de remettre en cause la citoyenneté des non-vaccinés», dit-il.

Les propos polémiques du président français ont déclenché une tempête politique, en plein examen déjà très tendu à l'Assemblée nationale du projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal, adopté dans la douleur jeudi.

ATS