04.01.2018 - 13:45, mise à jour : 13.01.2018 - 10:45, gusi

Cette île est une vraie bombe à retardement

 

10 Evaluations


Le passé de cet endroit est associé à un danger mortel. La ville de Kantoubek se situe sur une île de la mer d'Aral. C'est ici que jusqu'à son effondrement, l'Union soviétique a procédé à l'expérimentation d'armes biologiques. Les preuves de ces pratiques ont simplement été enfouies dans le sol.

Appli Bluewin: désormais avec email

Email et news: tout l'univers Bluewin quand vous êtes en route

Le laboratoire de recherche secret Aralsk-7 a été mis en service à la fin des années 40. Jusqu'à l'effondrement de l'Union soviétique en 1992, des scientifiques ont travaillé sur place au développement d'armes biologiques mortelles.

Si l'«île de la Renaissance» a été choisie pour accueillir cette infrastructure, c'est en raison de son emplacement idéal. À l'époque, elle se trouvait encore au milieu de la mer d'Aral et était donc isolée et difficilement accessible. De plus, l'Ouzbékistan actuel se situait au cœur de l'Union soviétique, bien loin du bras long des espions américains. 

Il n'en reste que par le passé, l'île a été à l'origine de nombreux accidents mortels. Cette affaire de 1971, par exemple, reste une énigme. À l'époque, alors qu'il progressait en mer, le navire de recherche «Lev Berg» avait dû traverser un étrange brouillard brun.

Quelques jours plus tard, une jeune scientifique qui se trouvait à bord avait contracté la variole – alors qu'elle était depuis longtemps vaccinée contre cet agent pathogène. Après son retour dans son village, trois personnes étaient décédées des suites de cette maladie. Pour l'instant, personne n'a pu expliquer d'où provenaient ces virus de la variole particulièrement agressifs.

Cet événement de 1988 reste lui aussi inexpliqué. À l'époque, un nombre important d'animaux avaient trouvé la mort à proximité de l'île: 50'000 antilopes saïga avaient péri dans d'atroces souffrances en l'espace de seulement quelques heures. Ici non plus, on ne connaît toujours pas les causes exactes de l'incident.

De l'anthrax enfoui dans le sol

Aujourd'hui, la mer d'Aral est si asséchée qu'elle a perdu environ 80% de son eau. La cause? L'irrigation trop intensive des terres environnantes par les agriculteurs. D'ailleurs, l'île de la Renaissance n'est même plus une île aujourd'hui, mais est reliée au continent par un bandeau de terre. Et c'est précisément cela qui préoccupe énormément les scientifiques. Ils craignent que des personnes puissent être en contact avec les vestiges mortels qui se trouvent encore sur place.

Alors que la ville de Kantoubek a servi de base pour la «création» de virus et bactéries mortels, des armes chimiques ont également été enfouies sur place. Ainsi, il y aurait encore jusqu'à 200 tonnes d'anthrax dans le sol – et les bacilles de la maladie du charbon peuvent y survivre pendant des siècles si les «bonnes» conditions sont réunies.  

Après l'effondrement de l'URSS, l'île et le laboratoire qu'elle abritait ont tout simplement été abandonnés. En 2001, une équipe de recherche américaine a tenté de détruire les agents pathogènes situés dans le sol, mais certains spécialistes doutent qu'ils aient réussi à tout neutraliser.

Depuis lors, le laboratoire Aralsk-7 se délabre à vue d’œil. En 2005, le journaliste et géographe britannique Nick Middleton s'est rendu sur place pour les besoins d'un documentaire. Son accompagnant et lui portaient non seulement des combinaisons de protection, mais également des masques à gaz avec filtre à air.

Les images du jour

  • Vladimir Poutine dans l'eau
  • Avion déplacé
  • sapins déracinés
  • Melbourne

D'autres articles

Publicité
Please enable JavaScript for better browser functionality