Assange risque de se suicider s'il est extradé, insiste sa défense

ATS

28.10.2021 - 16:29

La défense de Julian Assange a insisté jeudi sur le risque de suicide du fondateur de WikiLeaks en cas d'extradition vers les Etats-Unis. De son côté, Washington multiplie les assurances sur le sort qui lui serait réservé.

ATS

28.10.2021 - 16:29

epa09550325 Julian Assange placards and banners outside the High Court in London, Britain, 28 October 2021. Julian Assange is facing extradition to the United States over the publication of secrets relating to the wars in Afghanistan and Iraq. The US government is appealing against a British judge's decision to block the extradition of WikiLeaks founder to face trial for publishing military secrets. EPA/ANDY RAIN
Pancartes et banderoles ont fleuri devant la Haute Cour de Londres, en Grande-Bretagne, ce 28 octobre 2021.
KEYSTONE

L'Australien de 50 ans risque 175 ans de prison aux Etats-Unis, où il est poursuivi pour avoir publié des centaines de milliers de documents classifiés.

Au deuxième jour de l'examen devant la Haute-Cour de Londres de l'appel américain, ses avocats ont plaidé que les nouveaux éléments apportés ne justifiaient aucunement de revenir sur le refus de l'extrader. Pour essayer de convaincre les hauts magistrats londoniens, les Etats-Unis ont contesté mercredi le risque de suicide d'Assange.

Ils ont insisté sur les assurances de Washington que Julian Assange ne serait pas incarcéré au redouté centre pénitentiaire ADX Florence, dans le Colorado, surnommé l'"Alcatraz des Rocheuses», et où sont détenus à l'isolement quasi-total des membres d'Al Qaïda.

Les Etats-Unis espèrent faire annuler la décision de la juge Vanessa Baraitser, qui avait refusé l'extradition en raison du risque de suicide et de la détérioration de la santé mentale d'Assange dans le système judiciaire américain. Pour appuyer sa décision, elle avait notamment mis en avant l'incapacité des Etats-Unis à empêcher le suicide du financier américain Jeffrey Epstein, accusé d'un trafic sexuel de mineures.

«Modérément déprimé»

«Ces conclusions découlent avant tout de la nature des troubles mentaux de M. Assange et sa crainte d'être extradé étant donné le caractère exceptionnel de son dossier», a déclaré l'avocat du fondateur de Wikileaks, Edward Fitzgerald. «Rien n'indique que ces facteurs aient aucunement changé avec ces assurances», a-t-il plaidé.

Julian Assange a refusé de comparaître jeudi, après avoir participé à une partie des débats en visioconférence depuis la prison de haute-sécurité de Belmarsh où il est détenu depuis deux ans et demi.

Il a été arrêté par la police britannique en avril 2019 après avoir passé sept ans à l'ambassade d'Equateur à Londres, où il s'était réfugié alors qu'il était en liberté sous caution. Il craignait une extradition vers les États-Unis ou la Suède, où il a fait l'objet de poursuites pour viol, depuis abandonnées.

Il est poursuivi pour avoir diffusé, à partir de 2010, plus de 700'000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, notamment en Irak et en Afghanistan.

Mercredi, l'avocat représentant le gouvernement américain, James Lewis, a assuré que Julian Assange ne présentait «aucun antécédent de maladie mentale grave et durable», affirmant que même les experts mandatés par sa défense ne le trouvaient que «modérément déprimé».

A l'issue des débats, la Haute-Cour mettra sa décision en délibéré pendant plusieurs semaines. Mais la bataille judiciaire est loin d'être terminée. Si les Etats-Unis obtiennent gain de cause, la décision de janvier sera annulée et la justice de nouveau amenée à trancher. Et quel que soit le perdant, il a la possibilité de demander à saisir la Cour suprême britannique.

ATS