Au moins 41 morts dans un attentat-suicide à Kandahar

ATS

15.10.2021 - 18:38

Intérieur de la mosquée attaquée. Depuis leur arrivée au pouvoir le 15 août, les talibans sont confrontés à une vague d'attentats sanglants menés par l'EI. Sa branche locale, l'État islamique-Khorasan (EI-K), a ciblé ces dernières semaines les talibans et la minorité chiite afghane.
ATS

Au moins 41 personnes ont été tuées lors de la prière du vendredi dans un attentat-suicide contre une mosquée chiite de Kandahar, dans le sud de l'Afghanistan, le berceau des talibans. Ces derniers sont ainsi défiés en plein coeur de leur fief traditionnel.

ATS

15.10.2021 - 18:38

Selon des témoins, plusieurs explosions ont frappé la mosquée Fatemieh, dans le centre de Kandahar, la deuxième plus grande ville du pays, au moment de la grande prière hebdomadaire du vendredi.

«Nous nous préparions pour la prière, quand nous avons entendu des tirs. Deux personnes ont pénétré dans la mosquée et ont tiré sur les gardes qui ont tiré en retour. L'un d'eux s'est fait exploser dans la mosquée, après lui, deux autres se sont aussi fait exploser», a indiqué Sayed Rohullah, employé de sécurité à la mosquée, faisant état d'un troisième kamikaze à l'extérieur de l'édifice.

Cette attaque survient exactement une semaine après un attentat-suicide contre une mosquée chiite de Kunduz (nord-est), revendiqué par l'organisation djihadiste Etat islamique (EI) et qui a fait plusieurs dizaines de victimes.

Attaque pas revendiquée

Un responsable taliban local a confirmé qu'il s'agissait d'un «attentat-suicide» et qu'une enquête avait été ouverte. L'opération, menée par plusieurs hommes non identifiés, n'a pas été revendiquée à ce stade. Si elle était revendiquée par l'EI, ce serait la première fois que ce groupe frappe à Kandahar.

«Selon les informations recueillies dans nos hôpitaux, 41 personnes ont été tuées et environ 70 blessées», a indiqué Hafiz Abdulhai Abbas, responsable de la santé à Kandahar.

Besoin urgent de sang

«Nous sommes débordés. Il y a trop de cadavres et de blessés amenés à notre hôpital. Nous avons un besoin urgent de sang. Nous avons prié tous les médias locaux de Kandahar de demander aux gens de venir donner du sang», a-t-il ajouté.

Une quinzaine d'ambulances se sont rendues sur place, alors que les forces de sécurité talibanes ont été déployées aux abords du site, dont l'accès restait bloqué, a constaté un journaliste de l'AFP.

«Nous sommes attristés d'apprendre qu'une explosion a eu lieu dans une mosquée de la confrérie chiite (...) de la ville de Kandahar, dans laquelle un certain nombre de nos compatriotes ont été tués et blessés», a tweeté le porte-parole taliban du ministère de l'Intérieur, Qari Sayed Khosti.

Vagues d'attentats

Depuis leur arrivée au pouvoir le 15 août, les talibans sont confrontés à une vague d'attentats sanglants menés par l'EI. Sa branche locale, l'État islamique-Khorasan (EI-K), a ciblé ces dernières semaines les talibans et la minorité chiite afghane.

Vendredi dernier, à Kunduz, à la même heure, un kamikaze avait déclenché un gilet explosif dans la foule lors de la grande prière du vendredi à la mosquée chiite de Gozar-e-Sayed, tuant au moins une quarantaine de fidèles. L'attentat de Kunduz est l'attaque la plus meurtrière depuis le départ des troupes américaines du pays le 30 août.

Chiites considérés comme hérétiques

L'EI-K, groupe sunnite rival des talibans qui se présente comme le seul garant d'une vision rigoriste de l'islam, a ciblé à de nombreuses reprises ces dernières années la minorité chiite, considérée comme «hérétique» – et en particulier les hazaras.

Les talibans eux-mêmes s'en sont souvent pris dans le passé aux chiites, qui représentent entre 10% et 20% de la population afghane (environ 40 millions d'habitants au total). Mais depuis leur arrivée au pouvoir, ils se sont dits déterminés à garantir leur sécurité.

Défi aux talibans

Cette attaque, en plein fief taliban, est «un défi lancé aux talibans qui prétendent détenir le contrôle du pays», analyse Abdul Sayed, chercheur spécialisé dans le suivi des groupes djihadistes afghans pour la plateforme ExTrac.

«S'ils ne peuvent pas protéger Kandahar d'une attaque de l'EI-K, comment pourraient-ils protéger le reste du pays de l'EI-K?», demande l'analyste.

Dans un tweet, l'ONU a «condamné la dernière atrocité visant une institution religieuse et des fidèles» et demandé à ce que les responsables de cette attaque «rendent des comptes»

ATS